AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un énorme chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johan Star
Elève
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 24
Localisation : Derrière toi...
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 38
Date d'inscription : 24/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Un énorme chien   Mar 25 Jan - 21:38

Des lumières de différentes couleurs tournoyaient au dessus de la tête de Johan Starkey, des flashs l’aveuglaient, des odeurs fortes de parfum, d’alcool et de cigarette se mêlaient dans toute la salle, ou une foulée de jeunes gens dansaient frénétiquement sur un air de rock. Affalé entre l’un des canapés rouges en velours et une table basse noire qui occupaient un coin de la salle, le jeune homme ouvra les yeux lentement après plusieurs heures passées à être couché par terre. A peine eut-il le temps de se demander ou il se trouvait qu’il sentit un coup violent sur son flanc droit.

« Aller dehors sale cabot ! »

Un homme costaud et moustachu se tenait là, un balai à la main, le fixant d’un air grave. Etourdit, Johan se releva difficilement, et se sentit très lourd, avec un énorme mal de crâne et de mâchoire. Il commença à avancer, mais se sentait étrange, petit, comme s’il n’avait plus la force de se redresser. Il sortit lentement et réalisa que sa vue était troublée, il n’arrivait à percevoir plus aucune couleur, tout était en noir et blanc. Le corps endolori, se posant mille questions mais ne trouvant pas la force pour réfléchir, il se laissa glisser sur un mur et se retrouva par terre, frissonnant, près de l’un des rares réverbères qui illuminaient la ruelle. Que s’était-il passé, comment était-il arrivé là ? Sa mâchoire lui faisait de plus en plus mal, et il commença à se demander s’il ne se serait pas écroulé après s’être battu, mais rien dans ce genre ne lui revenait à l’esprit.

Deux jeunes étaient sortis de la boite de nuit, enlacés, et une jeune fille poussa un cri d’exclamation à sa vue.

« Regarde quel énorme chien ! Il mord ?»

« J’en sais rien, tirons nous. »

Un chien ? Mais de quoi parlaient-ils, qui osait le traiter de chien ? Enervé par cette sensation d’incompréhension, de nudité, sentant la pierre froide du sol sous son ventre, il tenta de se redresser mais retomba aussitôt, glissant sur la pierre humide. Johan commença à frissonner de plus belle, sentant la douleur se répandre dans tout son corps, comme s’il avait été touché par une fièvre fulgurante. Qui lui avait donc demandé de sortir cette nuit là, n’était-ce donc pas plus simple de rester dormir au chaud pour une fois ?! Ce fût à ce moment là qu’une silhouette s’interposa entre lui et le réverbère…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orpheus Arteenian
Psychologue
avatar

Nombre de messages : 33
Points d'expérience : 69
Date d'inscription : 16/01/2011

Feuille de personnage
Race: Ange
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Qui voudrait d'une chose comme moi?

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Mar 25 Jan - 23:32

Sortir, prendre un peu l'air pour la première fois depuis son arrivée. Se confronter de nouveau au monde exterieur: c'était l'idée qui lui trottait dans la tête depuis un moment. Et Orpheus échafaudait des tas de choses dans sa tête, essayant de se convaincre que ça lui permettrait d'abattre pas mal de complexes si il arrivait à passer outre son apparence, au regard des autres. Ou un truc du genre.

Etre psy, ça aidait vraiment pas à y voir clair dans sa tête. Dans celle des autres peut être, mais Orpheus avait la désagréable sensation de toujours s'analyser dès qu'il avait du temps libre.
Et ça avait commencé dans la salle de bain.
S'observer tout le temps, chercher, tâter ce corps qui lui était encore inconnu, et qui pourtant était le sien. Tirer ces espèces de tentacules dans le dos, voir ce qui faisait mal, ce qui ne faisait pas mal, et trouver comment il pouvait trouver le moyen de déterminer son sexe. Car oui, c'est une interrogation comme une autre, et Orpheus avait longuement planché sur sa question, avant de finir par capituler et de se convaincre qu'il était mâle. Enfin, c'était plus une conviction qu'un fait jusqu'ici.

Sortir. Il fallais sortir un peu. Et évacuer toutes ces pensées fatiguantes.
Un bon entraînement pour ses premiers vols, se rappelant avec amertume la chute qu'il avait faite depuis le pilier du hall, devant le bibliothécaire. Grmph. C'était ridicule. Même si ses ailes tenaient plus du truc mou que du monument de plumes majestueux, il devait apprendre à voler. A se fondre.

Alors il avait erré dehors, regardant la ville de haut. Et éprouva rapidement une douleur: ailes fragiles. Il dut se poser plusieurs fois sur des toits, et fut attiré par des lueurs particulières qui venaient d'un bâtiment. Il s'en approcha, entendit de la musique sourde filtrer. Orpheus aurait froncé les sourcils si il en avait encore, cette situation lui rappelait quelque chose, quelque chose de sa vie d'avant...Mais rien ne lui revenait. Peut être la transformation était elle encore trop récente.

Quelque chose d'autre attira son regard. Une silhouette, visiblement mal en point. L'ange hésita, mais finit par céder à la tentation d'aller voir. C'était...Un animal. Mais quelque chose semblait étrange. Il ne se comportait pas comme un animal blessé ou apeuré. Il y avait quelque chose dans cette attitude, dans ces yeux voilés, qui pénétraient Orpheus. Il s'approcha, prudemment, et se risqua:


- Ne....N'aie pas peur...Je vais t'aider....Tu peux marcher?

Il avait parlé d'une voix calme, mais arrêta sa main alors qu'il allait la poser sur l'animal. Il attendit une réponse, une réaction, ne tenant pas à se faire mordre à cause de son fragile épiderme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Star
Elève
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 24
Localisation : Derrière toi...
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 38
Date d'inscription : 24/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Mer 26 Jan - 23:05

La nuit, se faisant de plus en plus froide, hérissait le poil de la bête que Johan était devenu sans en être pleinement conscient. Le monde tournait autour de lui, voila qu’il était pris de nausées ; fermer les yeux lui était impossible car cela ne faisait que le perturber d’avantage. Ce fût alors qu’une ombre le couvrit, apaisant le gène que lui produisait la clarté de la lumière qu’un réverbère renvoyait sur lui. Le regard vide, il mit sa tête légèrement sur le coté et réussit à distinguer les traits de la créature qui se tenait devant lui.

*Qu’est ce que c’est ?*

L’animal se sentit soudain comme engouffré dans une bulle de bienséance, comme si le bruit assourdissant qui l’entourait s’était atténué ; son corps fût alors parcouru de ce genre de frissons que l’on ressent lorsque qu’on s’approche d’une source de chaleur, et une lumière douce lui caressa le visage.

*Est-ce que je suis mort ?*

Sa douleur comme apaisée, il centra enfin son regard sur la provenance de cet écho, comme de cette voix qui lui parlait, hésitante. Un homme, non, une étrange créature semblable se tenait devant lui. Son corps semi transparent laissait filtrer un peu de lumière, et son visage particulier mais serein le scrutait d’un air à la fois calme et dubitatif.

« W…Wouf ! »

Réalisant ce qu’il venait de voir, et se sentant soudainement moins lourd, il eu la force de se redresser sur ses deux pattes avant, poussant un jappement aigu, surpris. Prenant conscience de ce qui lui arrivait, il observa ses pattes comme il le put et tournoya sur lui-même pendant quelques secondes. Il aurait aimé pousser un cri d’exclamation, dire quelque chose, mais rien d’autre ne sortait si ce n’était une sorte de couinement aigu, propre aux chiens quand ils sont tristes ou apeurés. Regardant de nouveau en face de lui, il sursauta, se souvenant de la présence de ce qui venait de lui parler. Certes, la créature l’intimidait, lui semblait étrange, lui produisait une sensation de peur devant l’inconnu. Malgré cela, elle lui inspirait confiance, lui transmettait une sorte de sécurité devant cette situation. Comme guidé par un instinct nouveau, le chien alla loger son museau dans le creux de la main de la créature, toujours entrouverte au dessus de lui. Elle semblait comme flottante, sa peau était lisse et translucide, et deux sortes d'ailes, fines et transparentes comme des nageoires dépassaient de son dos.

*Merci.*

Entrouvrant la bouche, il voulu parler de nouveau mais ce fut en vain, seule sa langue en sortit, pendant à présent comme il en aurait été pour le plus commun des chiens. Seule sa pensée parla, mais les mots lui manquaient, comme si son nouvel aspect, son nouvel esprit lui invitait à ne dire que l’essentiel, que la plus primaire des idées qu'il puisse avoir eu, aussi idiote que puisse sembler celle qui en cet instant lui vint en tête...

*Je suis Johan, et je ne suis pas un chien. Es tu un poisson ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orpheus Arteenian
Psychologue
avatar

Nombre de messages : 33
Points d'expérience : 69
Date d'inscription : 16/01/2011

Feuille de personnage
Race: Ange
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Qui voudrait d'une chose comme moi?

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Jeu 27 Jan - 0:09

Ce chien se comportait vraiment trop bizarrement, ce n'était pas un animal. Et quand il vit le regard de l'animal, qui arriva à se redresser. Le jappement qu'il poussa, cette façon de s'observer, comme étonné, confus...Orpheus fut frappé par l'attitude de l'animal. Il avait eu exactement les mêmes réactions quand il était arrivé et qu'il avait passé un jour ou deux, prostré dans l'herbe près du pensionnat, à essayer de se rendre compte de ce qui lui était arrivé. Ce chien n'était pas un animal ordinaire. Mais ça n'était pas pour Orpheus un gage de sécurité non plus. L'Ange était parfaitement conscient qu'un coup de croc de l'animal pourrait déchirer sa peau comme un sac en plastique. Mais le chien ne se montrait pas agressif. Il semblait même presque...Soulagé. Ou tout du moins, il avait retrouvé un semblant de lucidité.

Il essayait de formuler des mots. L'ange le voyait tordre le museau, essayer de parler comme un humain le ferait le plus naturellement du monde. Orpheus l'observa rapidement de ses yeux noir, de la queue aux oreilles, cherchant une éventuelle blessure. Il ne semblait pas blessé, du moins, si il y en avait une, les poils de l'animal l'auraient trompé. Il supposa rapidement un choc psychologique suite à la transformation, si il partait du principe que ce chien était une personne dans un corps de chien. Ce qui était en fait...D'une logique extrême. De nouveaux souvenirs douloureux revinrent en mémoire, et Orpheus les chassa, s'appliquant à concentrer son attention sur le pauvre être en face de lui.


- Oh je comprends...Oh pauvre toi, tu ne peux pas savoir comme je te comprends. N'aie pas peur, vraiment, je ne te ferais aucun mal...Voila...

L'animal avait approché sa tête, et son museau reposait dans la main de l'ange. Ce dernier l'avança, cherchant à garder le contact. Il pouvait sentir tout les détails des poils, de la peau sous ses doigts sensibles. Oprheus laissa son regard errer, se laissant prendre par la sensation de flottement qui engourdissait son corps. Il ne voyait pas les choses, pas encore, il ne voulait pas entrer dans son esprit tout de suite. Le chien était trop confus, trop apeuré, il ne fallais pas le brusque. Juste rester à la surface, mais sentir suffisemment pour capter ce qu'il pensait...Mais Orpheus sentait sa confusion. Il y avait beaucoup de peur et d'incompréhension. Orpheus reprit partiellement ses esprits, reprenant conscience de son corps, mais assurant tout de même un lien, pour entendre le chien. Sa main glissait sur le garrot du chien, dans un geste machinal et doux, comme pour le rassurer. Il semblait transi de froid. Orpheus aurait douté de sa survie si il avait été amené à passer la nuit seul dans la rue. Car il n'était pas question que l'Ange laisse cet être ici.

C'est là qu'il l'entendit. Une voix masculine, dans sa tête. Il avait vu juste, c'était un homme à l'intérieur de ce chien. Orpheus lui répondit, sans ouvrir la bouche cette fois ci.


*Ravi de te connaître Johan, je suis Orpheus...Et j'ai bien cru deviner que tu n'étais pas un chien...*


La dernière question fit apparaître un petit sourire sur la bouche de l'ange, qui leva le regard pour couver le chien d'un regard amusé

*Oh non, je ne suis pas un poisson...Je suis sensé être un ange, mais comme tu peux le constater, j'ai eu quelques problèmes d'ordre...Technique...C'est une longue histoire sans importance pour le moment. Es tu blessé? Je ne peux pas te laisser là dans la rue, il faudrait te mettre en sécurité dans un endroit chaud et calme. Tu...Tu sais ce qu'il t'arrive ? Tu arrives à le contrôler? Si ça te fait mal, ne te force pas. Je pourrais t'aider si tu en as besoin...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Star
Elève
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 24
Localisation : Derrière toi...
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 38
Date d'inscription : 24/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Jeu 27 Jan - 22:38

Quand il entendit cette voix calme et posée lui parler à l’intérieur de son esprit, comme isolée du reste des sons aux alentours, Johan lança deux ou trois regards vifs sur les cotés, pour finir par fixer de nouveau le nommé Orpheus, troublé. C’était donc ça, la créature, ou plutôt cette sorte d’humain qui se tenait devant lui était donc un ange… Quant à lui-même, il était à présent un chien. Etait-ce un rêve ? Peut-être allait-il se réveiller à un moment ou à l’autre, peut-être la fièvre qui l’avait atteint était plus forte de ce qu’il avait pu imaginer… ? Quoiqu’il en soit, la scène semblait bien réelle, et Orpheus transmettait cette sorte de confiance à travers de paroles bienveillantes qui firent sentir Johan en sécurité.

*Tu peux m’entendre ? Je ne suis pas blessé, je vais mieux. Je ne suis pas un chien je suis Johan, tu es un oiseau. Tu es un ange.*

Voila qu’il se remettait à prononcer les premiers mots qui lui venaient en tête, à l’image basique d’un animal ; c’était vraiment pénible de ne pas pouvoir s’exprimer correctement. Johan tenta de se lever, chose qu’il arriva à faire non sans mal. Il était vraiment un grand chien, noir et velu, atteignant facilement les quatre-vingt-dix centimètres. Instinctivement, il s’approcha d’avantage de l’ange et alla donner des petits coups de tête sous son bras, recommençant à couiner, comme l’invitant à le caresser d’avantage.

*Tu es comme moi. D’où viens-tu ?*

Il s’assit pour attendre une réponse en scrutant le visage de celui que l’on pourrait à présent considérer comme son sauveur, et se demanda tout en le regardant si d’autres avaient été affectées, s’il allait conserver sa nouvelle apparence indéfiniment, s’il en existait beaucoup d’autres comme lui, ou comme Orpheus. Le vent recommença à siffler dans ses oreilles, et il fût alors parcourut d’un nouveau frisson.

*Froid, froid. Pensionnat.*

Ce froid se faisait intense, si intense… Il en devenait douloureux, c’était comme une gifle en plein visage, ses membres s’engourdissaient, et sa tête commença à tourner de nouveau. Il avait l’impression d’être trop dans son corps, sa peau lui tiraillait, et il se sentait totalement crispé. Il eût un chaud-froid, et il y eu une sorte de palpitation qui précéda sa chute soudaine sur le coté. La peau nue et dépourvue de poils, la tête au sol aux pieds de l’ange, le chien était homme de nouveau.

« Putain il caille! »

Il ouvrit grand les yeux, restant recroquevillé, et ne sut que dire face à sa surprise. Il balbutia et se redressa à moitié avant de regarder ses mains et de toucher son torse. Il regarda le vide un court instant puis Orpheus de nouveau, et il lui adressa une moitié de sourire à la fois intimidé et intrigué.

« Ce…C’est toi qui a fait ça…? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orpheus Arteenian
Psychologue
avatar

Nombre de messages : 33
Points d'expérience : 69
Date d'inscription : 16/01/2011

Feuille de personnage
Race: Ange
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Qui voudrait d'une chose comme moi?

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Jeu 27 Jan - 23:11

Toujours de la confusion, ce garçon en était remplit. Mais Orpheus l'avait senti se détendre un peu, il l'avait rassuré. Du moins, l'ange avait au moins réussit à gagner la confiance de Johan. Ce dernier semblait avoir prit conscience de son corps, et Orpheus arrivait à entendre ses pensées clairement, aussi longtemps qu'il garderait ses mains sur le chien. Bien que Johan s'exprimait formidablement bien par la pensée, Orpheus décela des incohérences, des répétitions montrant que malgré tout, il n'était pas dans son état normal.

*Oui, je peux t'entendre Johan...Economise tes forces si ça ne va pas, ne t'en fait pas, ça devrait passer maintenant...*

Le gros chien tenta de se relever, Orpheus le vit tituber quelque peu, mais Johan y arriva. Poussant le bras de l'ange avec son museau, Orpheus se remit à caresser doucement la fourrure humide de l'animal. Il n'était pas blessé. C'était déjà un soulagement pour Orpheus, qui n'aurait pas su comment s'y prendre si il se retrouvait face à une blessure. Il n'était pas médecin...Mais...Qui sait? L'était il avant? Oh, encore ces tracas, ça suffit, il avait des choses plus importantes à faire qu'à penser! Mais Johan posa une question qui réveilla sa douleur. D'ou il venait. C'était une véritable question qui lui pourrissait l'existence depuis sa douloureuse arrivée. Orpheus avait oublié. Oh, il savait qu'il avait été humain et qu'il avait vécu, quelque part au delà de l'île. Mais impossible de se souvenir de détails de sa vie, ou même de son nom. Ou de son apparence d'autrefois. Sa transformation qu'il avait tenté de combattre avait été tellement traumatisante et douloureuse, qu'en plus de le laisser à moitié malformé, toute sa mémoire était maintenant hors de sa portée...L'ange répondit tout de même à Johan, après un court silence, s'efforçant de chasser de son esprit les pensées houleuses qui y remontaient:

*Oh, je...Je ne viens pas d'ici mais...Je ne saurais pas te dire d'ou. Mon cas est compliqué Johan, mais il y a d'autres gens dans ton cas. Ne t'en fait pas, tu n'es pas seul...Et...Normalement...Enfin...Tu devrais être capable de reprendre forme humaine. Avec de l'entraînement, tu devrais pouvoir le contrôler...Il faut que tu viennes avec moi, au pensi...*

Un vent plutôt froid fit frissonner Orpheus, mais pas autant que Johan, qui se tordait littérallement. Pensionnat, il avait dit pensionnat? Alors il était au courant, était ce pour cela qu'il était venu? l'Ange se rendit compte que dans l'urgence, il avait oublié de lui demander si ses parents étaient venus avec lui. Mais là, ce n'était plus le moment. Johan semblait aller mal, le chien tremblait, comme secoué d'une fièvre. Sa tête tomba, Orpheus s'agenouilla pour amortir un peu, gardant toujours un bras rassurant autours de ce qui ressemblait de plus en plus à une épaule. Visiblement, il retrouvait forme humaine. C'était déjà une bonne chose. Les poils disparurent, la sensation sous ses doigts changea définitivement. C'était bel et bien une peau humaine sous la sienne, translucide. Orpheus adressa à nouveau un sourire au garçon, pour essayer de le rassurer. Puis se traita d'imbécile, puisqu'il n'avait rien pour couvrir le garçon, lui même ne portant pas de vêtements. Sa peau fragile et sensible lui rendait insupportable le contact du tissu, et Orpheus avait finit par se convaincre que ce n'était pas choquant pour les autres, son corps semi transparent ne laissant apparaître aucun attribut visible. L'ange se retira définitivement de l'esprit du garçon, et se remit à lui parler naturellement:

- Tu connais le pensionnat...C'était là bas que tu voulais aller?

Mais il laissa le temps à Johan de s'inspecter, un peu surprit. Il comprenait aisément ce besoin de tâter son corps, de chercher si tout y était, de chercher une preuve que tout cela était réel, ou si ça n'avait été qu'un affreux cauchemar. Pour le meilleur et pour le pire, cela était bien réel. Et Orpheus ne rata pas la marque qu'arborait Johan. La même que celle qu'il portait au bas de son dos.

- Oh non, je ne t'ai pas fait reprendre forme humaine. J'ai simplement essayé de te rassurer, de te calmer. Tu as du rependre suffisamment d'assurance pour te débarrasser de cette forme canine...Du moins temporairement. Bientôt tu apprendras à le faire par toi même, tu n'es pas seul dans ce cas là Johan. Est ce que ça va aller? Tu dois être frigorifié...

Orpheus avait un peu peur que le garçon ne tombe malade, dans un état pareil. D'autant plus que l'ange ignorait depuis combien de temps il était dehors. Il laissa passer un moment, puis posa la question qui lui brûlait les lèvres, sans quitter de ses yeux noirs le visage humain du garçon:

- Johan, c'est important, j'ai besoin de savoir si tu es seul ou accompagné. Et...Tu ne peux pas rester ici. Je travaille au pensionnat, je peux t'y ramener. Tu ne peux pas passer la nuit seul dans cet état, il te faut du repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Star
Elève
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 24
Localisation : Derrière toi...
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 38
Date d'inscription : 24/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Ven 28 Jan - 0:22


Buvant les mots d’Orpheus, Johan ne sourcilla pas une seconde. Ses mains coincées sous ses aisselles et de la buée sortant par ses narines, il regardait, accroupit, l’ange parler. Donc, il travaillait au pensionnat, curieux ; et alors comme ça il y en avait d’autres dans leur étrange situation… Le jeune homme se demanda pour un court instant si l’ange pouvait lui aussi se changer en chien, mais il abandonna l’idée bien vite ; ayant cette apparence il ne s’agissait sans doute pas de la même catégorie de ce genre de « maladie » qui les avait atteints. Il en apprit un peu plus quand Orpheus lui expliqua qu’il devait apprendre à maitriser sa nouvelle capacité, ce qui ne voulait surement pas dire que cette situation serait de court instant.

« Et…Et toi, tu as réussi à la maitriser en combien de temps, ta transformation? »

Une once d’hésitation s’installa dans sa voix, il ne savait pas vraiment comment s’adresser à lui, qui lui sembla soudainement si savant, et était toujours un peu troublé par son apparence si différente de la sienne. Quand l’ange lui demanda s’il allait bien par rapport au froid, il constata qu’il était nu et pratiquement assit sur un sol de pierre. Sa bienveillance le toucha, et il lui adressa un sourire accompagné d’un claquement de dents en signe d’acquiescement. Il se releva doucement et se frotta le haut de ses bras, le dos courbé vers l’avant et la tête enfoncée entre les épaules.

« Et toi, tu… J’veux dire, tu n’as pas froid ? C’est possible pour un ange ? »

Il y eu un silence après sa question dans lequel Orpheus semblait réfléchir. Il brisa alors le silence et pris un ton plus grave, le questionnant au sujet de sa provenance et de son lien avec le pensionnat. Johan baissa la tête en signe de honte devant un être qui semblait aussi sage et aussi aimable, mais ne se sentit pas capable de trouver d’excuse. Il décida donc de répondre simplement.

« Mes parents…m’ont envoyé ici il n’y a pas longtemps, je vivais avec mes grands-parents au départ, mais c’est devenu difficile pour eux… Comme mes parents travaillent à l’étranger on m’a un peu poussé à quitter la maison on va dire, et apparemment ils ont voulu faire ça bien loin de la bas, je suis seul ici. »

Il marqua une courte pause mais fût vite gêné par le silence, décidant de poursuivre son récit.

« En fait je suis arrivé il y a à peine deux jours, et déjà j’ai négligé le règlement, ce soir je suis sorti après les délais fixés pour rentrer, mais juste dans le but de me promener seul, et puis…bah j’suis arrivé là, dans cette boite, je vois plus comment d’ailleurs parce que c’est vraiment quelque chose qui me plait pas... »

Il réfléchit un instant en se frottant une main contre l’autre, remarqua que l’ange le fixait toujours, puis il fuit son regard, gêné par sa faute. Un silence s’instaura pendant lequel il se lança dans un dessin imaginaire sur le sol. Il pensa un instant à son pauvre grand-père qui lui demandait sans cesse s’il n’avait pas une petite faim tendis que lui, lui criait qu’il était chiant et qu’il n’était plus un gamin. Il pensa ensuite à sa grand-mère, qui avait l’habitude de remettre ses cheveux en place tous les matins, qu’il ébouriffait en sortant, et des sa tartes aux pruneaux qui lui causaient horreur mais dont elle avait à chaque fois la fausse certitude comme quoi il s’agissait de sa préférée. Il tenta de penser à ses parents mais il n’avait aucun souvenir concret, ils n’étaient jamais là et ne passaient que pour les fêtes de fin d’année ou pour de courtes vacances.

Trouvant son silence soudain trop prolongé, Johan releva la tête d’un coup et constata qu’Orpheus le regardait toujours aussi attentivement de son air serein. Il repensa à ses derniers mots ou il parlait de son dernier souvenir, puis il parla d’une petite voix fatiguée.

« D’ailleurs si c’est à l’intérieur que « ça » m’est arrivé, et bien…il y a une petite chance pour que mes vêtements s’y trouvent ! Mais non, on ne me laissera pas rentrer dans cette tenue…c’est limite si j’en ai une de tenue. Vraiment, tu…tu n’as pas froid toi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orpheus Arteenian
Psychologue
avatar

Nombre de messages : 33
Points d'expérience : 69
Date d'inscription : 16/01/2011

Feuille de personnage
Race: Ange
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Qui voudrait d'une chose comme moi?

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Ven 28 Jan - 10:32

Johan avait l'air d'avoir reprit quelques forces, malgré le fait qu'il soit visiblement transi de froid. Et il regardait Orpheus avec une expression étrange, mélange de plusieurs sentiments que l'ange n'arrivait pas à déchiffrer pour le moment. Orpheus n'avait pas besoin de voir dans la tête du garçon pour comprendre les interrogations qui le secouaient. Mais si il y avait une chose qu'il ne voulait pas reproduire, c'était l'experience qu'il avait eu avec ses propres changements. Non, pas question de laisser Johan seul tant qu'il n'était pas remit sur pied.
Le garçon lui posa une question étrange, Oprheus pencha légèrement la tête sur le côté, cherchant une réponse.


- Ma...Oh! Eh bien je ne suis pas pareil que toi...Ce n'est pas une transformation, c'est mon vrai corps que tu vois là. Mon apparence d'avant est...Perdue je suppose. Je ne pense pas pouvoir la reprendre, du moins, je n'en est pas trouvé le moyen...Mais pour me remettre du changement, il m'a fallu quelques jours. Et quand à m'habituer à mon apparence...Eh bien...J'essaye encore...Mais ce n'est pas important, le fait est que tu n'es pas pareil, donc j'espère que ce sera facile pour toi.

Il y avait de l'hésitation dans la voix du garçon, ce qui était relativement nouveau, de même qu'il semblait troublé par l'apparence atypique de l'ange. Mais Orpheus ne changea pas d'attitude, il n'en avait aucune raison. Johan finit par se relever, mais tremblait toujours. Et il posa également une question qui manqua de faire sursauter Orpheus. Ce n'était pas idiot. Il sentait parfaitement le vent sur sa peau, mais avait il froid? L'ange parut s'enfoncer dans une intense réflexion, cherchant à se souvenir de ce qu'était la sensation de froid. Il se sentait certes un peu engourdi, mais ne semblait pas s'en être rendu compte. Il leva l'une de ses longues mains à hauteur de son visage, l'observa un instant, puis la posa sur sa propre joue. Oh. Effectivement il sentait un contact tranchant, et relativement peu agréable sur la durée. Ce devait être ça la sensation de froid que sentait Johan. Orpheus, maintenant qu'il avait mémorisé la sensation, eut peur qu"elle ne se répande. Sa main était glaciale, son corps devait l'être aussi. Pouvait il tomber malade? C'était une excellente question. Orpheus avait essayé de répondre à beaucoup de questions ces derniers temps, du genre de, quel était son vrai nom par exemple, ou bien si il pouvait changer de forme, si ça faisait mal quand on tirait ces drôles de tentacules dans son dos, et si c'était vraiment un homme, une femme ou un mixe des deux. Mais jamais il ne s'était posé la question de savoir si il avait froid ou si il pouvait tomber malade. Le psychologue se sentit un peu stupide sur le coup, de ne pas s'être posé des question quasi élémentaires pour n'importe qui de normalement constitué.
Oh...Mais il n'était pas normalement constitué.

- Froid...Je t'avouerais que...Je n'y avais jamais pensé... Marmonna Orpheus, un peu confus sur le coup.

Mais il ne l'était pas autant que Johan , qui avait baissé la tête après sa question. L'être se demanda pourquoi le garçon s'était mis à fixer le sol, échafauda l'hypothèse que sa question avait pu le gêner. Alors qu'il s'apprêtait à dire à Johan que ce n'était pas important si il ne voulait pas en parler, le garçon se mit à raconter son histoire. L'ange écouta, fronçant de temps en temps des sourcils inexistants. Un problème familial visiblement? Et ses grands parent l'avaient envoyés ici, à ce pensionnat? Orpheus se demanda si les gens à l'exterieur savaient ce qui arrivait à cet endroit, que des gens changeaient en entrant dans l'île. Les grands parents de Johan le savaient ils?

Orpheus était demeuré silencieux, et Johan fixait maintenant le sol avec insistance. L'ange finit par penser qu'il devait y avoir quelque chose par terre qui devait intriguer le garçon, et baissa le regard pour chercher à voir ce que fixait Johan. Mais il n'y avait rien. Comprenant son erreur, Orpheus fut tenté de rire de son idiotie, mais se retint, jugeant la situation inapropriée.

- Bien...Je vois...Tu es peut être enfreint le règlement, mais ce n'est en aucun cas ta faute si tu t'es transformé. J'imagine que ça devait de toutes façons arriver, tôt ou tard. C'est dommage que cela se soit passé ici et ce soir, mais inutile de s'apitoyer sur ça, l'important est que tu n'as plus rien à craindre maintenant.

Johan devait être fatigué, c'était évident de le deviner après ce qui lui était arrivé cette nuit. Mais le garçon souleva également une problématique intéressante. Effectivement Johan était nu. Oh ça ne dérangeait pas personnellement Orpheus, mais c'était sûr que ce n'était pas pratique en pleine nuit, et que ça l'était certainement encore moins au niveau social. Johan risquait d'avoir quelques problèmes si il rentrait nu au pensionnat, et Orpheus en serait aussi responsable...Disons que les gens auraient raison de se poser des questions sur la situation. L'ange se fichait complètement de cela de son côté, mais il ne comptait pas attirer des problèmes supplémentaires à Johan si des bruits couraient sur le fait qu'il soit rentré nu et frigorifié tard dans la nuit.
Un second problème s'offrait à eux.

- Mmh...Si tes vêtements sont à l'intérieur, j'ai bien peur de ne pas pouvoir y remédier...Une chose comme moi ne rentrerait pas très discrètement dans ce genre d'endroit...Et je ne peux pas me rendre invisible, aux dernières nouvelles...

Il y avait aussi autre chose que son apparence. C'était risqué vis à vis de ses ailes et de sa peau. Un être aussi étrange que lui attirerait forcément l'attention dans ce genre d'endroit, ou les clients n'étaient pas forcément tous sobres et ouverts. Orpheus préférait être prudent et ne pas provoquer des réactions qui pourraient lui être néfastes: un coup au mauvais endroit, ou un objet tranchant pouvait facilement le blesser gravement. Même si les anges avaient la capacité de guérir plus rapidement que les humains, l'ange ne pouvait se résoudre à entrer dans la boite.
Mais une alternative intéressante s'offrit à lui, en l'occurrence, quelqu'un qui avait oublié de rentrer son linge sur son balcon. La situation avait de quoi être cocasse, mais Orpheus n'avait pas le temps de se préoccuper de ce trop heureux hasard. Il fit signe à Johan de patienter un instant, déploya ses ailes de chair et s'envola en silence jusqu'au balcon proche ou il avait repéré l'étendoir. Mmh. Les quelques vêtements masculins étaient plutôt grands, mais ça devrais aller. S'emparant d'un pantalon, d'un tee shirt et d'une veste longue, Orpheus retourna auprès de Johan, l'air un peu gêné


- Hm, je suis désolé, il n'y a que ça pour le moment...ça devrait suffire à te couvrir, pour rentrer au chaud de manière plus correcte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johan Star
Elève
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 24
Localisation : Derrière toi...
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 38
Date d'inscription : 24/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Dim 30 Jan - 14:36


Donc il était possible d’avoir souffert une transformation prolongée ; Orpheus en était sujet. En voyant l’air perturbé de l’ange en répondant à sa question, Johan regretta de l’avoir posée, cela semblait le déstabiliser, et apparemment c’était récent pour lui aussi. Par contre, quand Johan lui demanda s’il n’avait pas froid ce fut différent, Orpheus semblait être inconnu à cette sensation. Il posa délicatement une main sur sa propre joue puis lui répondu tout bas qu’il n’y avait pas pensé, cela voulait sans doute dire que sa nouvelle forme lui permettait d’être invulnérable. Après tout il s’était qualifié comme un ange, ce qui expliquerait également sa spiritualité et sa bonne volonté.

Orpheus se montra attentionné de nouveau quand il lui parla de sa faute concernant le règlement. En effet il se sentait en sécurité avec lui, il l’avait sentit dès qu’il l’avait eu en face quand il n’était encore qu’un animal jeté par terre. Il repensa à cette sensation de chaleur et de bienêtre et souligna sa théorie de l’ange qu’il était.

« Dis…Quand j’y repense, tu m’as bien parlé par la pensé tout à l’heure non…? Et…tu as aussi le pouvoir de guérir ? Si tu es vraiment un ange ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose ce qui nous arrive alors... Peut être qu’il y a un but derrière tout ça. »

Voila qu’il commençait lui aussi à devenir spirituel. Johan n’avais jamais cru en un dieu ou en une quelconque entité supérieure, mais ce qui venait de se passer était trop bizarre à son gout. Il aurait peut-être put s’agir d’une maladie, d’un virus nouveau qui mutait les personnes sur son passage, peut être qu’il absorbait les propriétés de plusieurs éléments de la terre et les implantait, d’une certaine façon, sur les gens… Voila, à présent Johan était scientifique. Mieux valais ne rien dire au final.

« Ou si ça n’a rien à voir et c’est accidentel… Et bien peut être devrions nous plutôt en profiter pour vivre des choses qu’on croyait impossibles avant. Mais c’est facile à dire…»

Il continua à se frotter les mains et finit par se sentir idiot de nouveau. Orpheus avait souffert sa transformation avant lui et semblait lui-même encore un peu perdu par rapport à ce qui lui était arrivé. Il s’était sans doute posé toutes ces questions avant lui. Il changea de sujet et frotta ses mains glacées sur ses genoux de plus belle en expliquant à Orpheus le problème concernant ses vêtements. Celui-ci sembla réfléchir tout en observant les alentours, puis il s’envola tout d’a coup. Sur le choc, Johan tomba sur l’arrière et se retrouva assit sur le sol. Il émit un petit cri au contact de la pierre froide et se releva aussitôt, alors qu’Orpheus revenait, flottant dans l’air, les bras chargés de vêtements.

« M…Mince ! Tu peux voler aussi ! T’es incroyable ! »

Il tendit les mains, le regard plein de reconnaissance, et se saisit d’un pantalon, d’un t-shirt et d’une veste trop grands pour lui qu’il enfila de suite, manquant de tomber de nouveau à cause de l’excitation. Il se frotta les bras de ses manches, qui lui couvraient les mains, et enfonça le cou dans le tissu. Il ne s’était jamais sentit aussi soulagé depuis longtemps. Un bon feu et une part de gâteau au chocolat étaient tout ce qu’il manquait à son bonheur… !

« Si t’en est un, je crois que t’es mon ange gardien Orpheus, je sais pas comment te remercier !»

Il se creusa les méninges tout en fixant avec curiosité les ailes de son sauveur mais détourna vite le regard un peu gêné, bien que ce ne soit qu’avec admiration, le geste était impoli et pouvait le rendre mal à l’aise. Il le regarda tout même de coté, il n’était pas bien gros.

« Heu… Orpheus, que tu ne ressentes pas le froid ne veux pas dire que t’aies pas faim non…? J’aimerais bien t’inviter à une part de gâteau et à un chocolat chaud un jour, histoire de se revoir et de pouvoir te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi.»

Il lui sourit, un peu gené, et se demanda si un ange pouvait aimer le chocolat. Mais peut-être était-ce une question trop stupide à poser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orpheus Arteenian
Psychologue
avatar

Nombre de messages : 33
Points d'expérience : 69
Date d'inscription : 16/01/2011

Feuille de personnage
Race: Ange
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Qui voudrait d'une chose comme moi?

MessageSujet: Re: Un énorme chien   Jeu 3 Fév - 18:47

Hmm...Johan avait paru pensif, et Orpheus se demanda si ce n'était pas sa brève introspection qui avait perturbé le jeune homme. Orpheus se demanda si il n'avait pas fini par effrayer Johan. C'était sa plus grande hantise à chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un: l'effrayer. Son attitude, son apparence, ses reflexes, l'ange avait finit par admettre le fait que tout son être était atypique, et il avait déjà effrayé certains élèves par mégarde. Ce qui l'avait plutôt déprimé. Mais fort heureusement, Orpheus fut soulagé de constater que Johan était bel et bien perdu dans ses pensées, et que son mutisme n'était pas dû à la gêne ou à la peur. Orpheus pencha légèrement la tête sur le côté, geste devenu quasi machinal à chaque fois qu'il était intrigué.

- Hmm ? Oh oui...J'ai le pouvoir de "rentrer", on va dire, dans la tête des gens et...Et les aider. Oh ne t'en fait pas, je ne suis pas entré dans ton esprit! Il faut que ce soit consentant evidemment, c'est horriblement malpoli de s'introduire dans la tête des gens sans leurs autorisation. Je suis juste resté à la surface, suffisemment pour pouvoir capter tes pensées, et t'atteindre....

Conscient qu'il s'emportait un peu, Orpheus fit une petite pause. Mais il était toujours intrigué par les mots de Johan:

-Guérir...Je ne pense pas avoir le pouvoir de refermer les blessures physiques malheureusement...Je ne peux que réparer les esprits...Mais c'est tout aussi bien je suppose! ...Hmm...Le pensionnat...Je vais être honnête avec toi: je n'en sais pas plus. Je ne sais pas pourquoi cela nous arrive, ni ce qu'il se passe ici, et cette histoire avec ces clan et ces marques et...Si seulement j'arrivais à me souvenir de qui j'étais avant...Je me rappellerais sûrement de ce que je suis venu chercher ici...

L'ange s'interrompit à nouveau et eut un petit rire

- Oublie ça, ce n'est d'aucune importance pour le moment.

Johan avait clairemement sursauté quand Orpheus avait décollé dans les airs, mais l'ange ne répondit à cet étonnement qu'avec son éternel sourire mi bienveillant, mi amusé.

Il attendit patiemment que Johan eut terminé d'enfiler les vêtements qu'il avait..."emprunté". La sensation étrange sur sa joue était toujours là, et Orpheus commençait maintenant à la ressentir dans tout son corps. Le simple fait de prendre conscience de l'existence du froid sur son corps avait réveillé une espèce d'instinct, comme si tout son être s'était souvenu de cette sensation glaciale. Pour être honnête, Orpheus se serait bien passé de cette sensation: ce n'était pas la chose la plus agréable qu'il ai experimenté. Mais la mémoire du corps s'était réveillée, cela voulait simplement dire que son passé n'avait pas totalement été effacé...Qu'il pouvait peut être encore récupérer d'autres sensations, se souvenir d'autres choses.
Johan coupa à nouveau court à son flot de pensées incohérentes et d'hypothèses invérifiées, pour le plus grand soulagement dOrpheus.


- Ange gardien....? Oh...Je n'y avais jamais pensé...Mais c'est quelque chose qui me plaît ! Eh bien si tu veux me remercier, rend moi un service! Laisse moi être ton ange gardien!

L'ange réprima un petit rire en plaçant une de ses mains longues et fines devant sa bouche.

- Non, ce n'est rien, tu n'as pas à me remercier. Je suis toujours ravi d'être utile à quelqu'un !

Johan semblait fixer les ailes d'Oprheus, l'ange se sentit mal à l'aise. Mais ne le montra pas. Ce n'était pas le regard de Johan qui le dérangeait plus que ça, c'était juste qu'il ne se considérait pas...Agréable à regarder. C'était loin d'être les ailes majestueuses et emplumées que l'on s'attend à voir sur un ange. C'était...De la peau flasque, flottante, plus des nageoires qu'autre chose. Johan détourna le regard, et Orpheus se détendit un peu. Instinctivement ses longs bras s'étaient repliés sur son torse. Hm. Non, le froid était une sensation dont il se serait effectivement bien passée.

- Hmm...Il me semble que je ressente le froid visiblement....Mais j'ignore totalement si...Hmm. Je te l'ai dit, tu n'as pas besoin de me remercier, je serais toujours là si tu as besoin de quoi que ce soit. Par contre, je serais absolument ravi de te revoir !

Orpheus se sentait vraiment heureux, un grand sourire illuminait son visage presque humain. Il avait trouvé quelqu'un qui n'avait pas peur de lui, et il faut dire que même si ils ne se connaissaient que depuis cette nuit froide, Orpheus se sentait déjà attaché au jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un énorme chien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un énorme chien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Le chien et le dauphin
» autres gifs de chien de race

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yume :: Autres :: Ville :: boite de nuit-
Sauter vers: