AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 13 Fév - 11:10

-Akai! Où vas-tu?

La jeune fille se retourna brusquement pour voir apparaître un petit poïy rouge, avec un chapeau, courir vers elle. Ce n'était pas n'importe lequel de poïy puisque c'était le sien, son poïy à elle ou plutôt sa poïy, puisque Ari était une femelle...

-Ah, enfin, te voilà! Déclara Akai, tandis qu'un petit sourire venait contredire toute la sévérité de sa voix.

Et dire qu'elle l'avait cherchée partout dans l'école, fouillé les moindre recoin des bâtiments, mais la créature avait complètement disparu, comme effacée du monde...

-Où étais-tu passée, Ari? Demanda-t-elle, se doutant très bien de la réponse.

-Dans le monde des poïys! Clama la petite créature, avec un grand sourire, confirmant effectivement les pensées de sa maîtresse.

Lorsque Ari disparaissait, c'était forcément ce foutu monde des poïys, endroit introuvable, sauf par les poïys bien sûr...mais d'habitude, Ari prévenait Akai qu'elle y allait, juste avant de s'éclipser, n'attendant pas de réponse de la jeune tueuse. En même temps, elle savait très bien qu'elle aurait refusé, Akai détestant lorsque la petite créature, bien qu'elle soit insupportable parfois et surtout bruyante, n'était pas avec elle.
Oui, d'habitude, Ari prévenait, mais cette fois-ci, elle n'avait rien dit...tout ça parce qu'elles s'étaient chamaillées, enfin pas vraiment mais c'était tout comme. Akai voulait se reposer, mais la poïy n'arrêtait pas de faire plein de bruit et ne comprenait pas les "tais-toi" venant de la part de sa maîtresse. Ce que voulait Ari, c'était jouer mais Akai elle voulait se reposer. Alors finalement, sur les nerfs, elle avait envoyé balader Ari, lui disant d'aller jouer plus loin et en SILENCE surtout. Ari avait répliqué par un "ah si c'est comme ça..." à peine perceptible, puis Akai ne l'avait plus entendue, chose qu'elle avait trouvé TRES bizarre, surtout venant de Ari. En ouvrant les yeux, elle avait compris que la créature avait disparu...et c'est alors, qu'elle était partie à sa recherche, recherche qui avait duré au moins une bonne heure, voire plus...même si elle savait d'avance que cela ne servait à rien, se doutant que Ari s'était réfugiée dans le monde des poïy, exprès pour que sa maîtresse ne la retrouve pas, comme pour lui "donner une leçon", leçon que Akai avait appris, il fallait l'avouer...

-Akai! Akai! S'exclama Ari, la coupant dans ses pensées.

La créature était en train de sautiller sur place, ne tenant pas sur place, comme d'habitude.

-Tu allais où? Demanda-t-elle.

-Me promener, répondit l'intéressée.

-Sans moi? Demanda la poïy, sur un ton accusateur.

-Bah, tu avais disparu. Je t'ai pourtant cherchée, mais, bon, tu n'étais nul part.

-Bon, alors, on va se promener où? Questionna Ari, ne relevant pas l'accusation de sa maîtresse.

-En ville, répondit Akai, en sortant du pensionnat, direction la ville, justement.

-Ouais!! Et si on allait au parc d'attraction? Ou à la piscine? Proposa Ari, avec un grand sourire.

Akai lui lança un regard noir:

-Ou autre part, si tu le souhaites, ajouta aussitôt la créature.

Après le coup de disparaître sans prévenir, Ari avait décidé de se faire toute petite et de faire plaisir à sa maîtresse...Akai le savait...c'était son poïy, après tout...elle la connaissait mieux que personne, comme Ari la connaissait si bien...

-Ah non Akai! S'exclama Ari, en voyant l'endroit où allait sa maîtresse.

-Tu as dis que j'allais où je voulais, non? Répliqua Akai, en franchissant le portail d'entrée du cimetière.

-Mais c'est morbide cet endroit, murmura Ari, en regardant autour d'elle.

-Mais parfaitement silencieux, renchérit la jeune tueuse, en balayant d'un regard le cimetière, qui était désert, pas la moindre personne à l'horizon.

Ah du silence! Enfin! Et personne...tout ce que Akai voulait...

-Dis, Akai, tu ne voudrais pas aller à un autre endroit?

Akai jeta un regard à Ari....enfin presque personne...mais hors de question que la poïy s'éloigne d'elle à nouveau...mais bon, dans un cimetière, Ari n'allait tout de même pas faire autant de bruit que d'habitude...du moins elle l'espérait...mais bon, vu la voix basse qu'elle prenait, cela montrait bien qu'elle respectait les morts et qu'elle avait compris qu'elle ne devait pas s'esclaffer, comme elle le faisait d'habitude...ah, si Akai l'avait su plus tôt, elle serait venue avant...faudrait qu'elle songe à venir plus souvent...

-Cet endroit est très bien, répondit Akai, en allant s'asseoir sur un coin d'herbe, s'adossant à la stelle qui se trouvait juste derrière elle, sur lequel étaient gravés quelques noms, que la jeune femme ne prit pas la peine de lire.

-Akai tu...commença Ari, mais le regard glacial que lui lança sa maîtresse lui coupa toute envie d'ouvrir la bouche.
Elle décida finalement d'aller s'allonger juste à côté de sa maîtresse, qui avait fermé les yeux, profitant du calme plat de l'endroit. Et de son silence surtout...

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 13 Fév - 12:13

Alan marchait résolument à travers la ville, son sac plein de victuailles. Paya lévitait à côté de lui, petit Poïy blanc qu'il était. Il n'y avait pas grand monde dans les rues, allez savoir pourquoi. Quoi qu'il en soit, le jeune homme était de bonne humeur et croquait dans une pomme qui s'était logé dans sa main libre.

<< On va où maintenant ?
- Je sais pas... Elena est trop occupée aujourd'hui et j'ai fait tous mes devoirs...
- Rien ne t'empêche de réviser.
- T'es lourd avec les études, tu sais ? Je vais faire une bonne sieste plutôt...
- Heu... où tu vas ?
- Je prend un raccourci.
- Par le cimetière ? Mais... mais...
- Ca va, je sais qu'on se change en créature en arrivant sur l'île, mais tu vas pas me faire croire que les morts peuvent venir sous forme de zombie pour danser « Thriller », aussi ? >>

Le portail grinça quand Alan l'ouvrit et l'atmosphère changea, passant de la bonne humeur à l'appréhension. Il était vrai que ce genre d'endroit était assez inquiétant. Le décor faisait penser aux cimetières tout droit sorti d'un film avec les sépultures penchées et les herbes folles. Il ne manquait plus que le brouillard et la pleine lune pour mettre une ambiance glauque. Alan avançait calmement, masquant parfaitement bien son sentiment d'inquiétude qui l'envahissait et qu'il calmait petit à petit. Ce n'était qu'un cimetière après tout...

Alan se retourna, voyant que Paya était resté au niveau de la grille.


<< Tu viens ? Je te préviens je t'attend pas.
- Mais... mais...
- Tant pis pour toi !
- ATTENDS ! >>

Il se rua sur Alan et se colla à son bras, jetant des regards inquiets partout en tremblant comme une feuille.

<< On ne hurle pas dans les cimetières, ça ne se fait pas... bonjour ! >>

Il remarqua la présence de la femme qu'il salua. Un Poïy ressemblant à une fourmi rouge avec un chapeau haut de forme se trouvait à ses pieds... intriguant... Alan a toujours cru que tous les Poïy pouvaient voler, mais celui-la semblait échapper à la règle.

Elle regarda de nouveau la femme qui lui faisait froid dans le dos.


<< Désolé pour le chahut, Paya est un vrai froussard... >>

Le Poïy blanc se réfugiait à présent dans sa poche et Alan entreprit de l'y déloger.

<< Et sacrément timide aussi... >>

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 18 Fév - 22:06

-Akai...murmura Ari.

-Je sais, répondit l'interpellée, l'air ennuyé.

Elle aussi avait entendu. En même temps comment ne pas entendre les deux individus qui venaient de pénétrer dans le cimetière...ils faisaient un tel boucan...et dire que la jeune tueuse était venue ici, pour se REPOSER et avoir du SILENCE. Mais deux crétins venaient de foutre son plan en l'air et faisait un boucan pas possible...à réveiller les morts, d'ailleurs...et le respect pour ceux-ci, ils connaissaient? même Ari avait compris qu'il fallait faire un minimum de bruit...c'était pour dire...c'était vraiment des imbéciles. Mais bon, Akai espérait que ce soit simplement des imbéciles de passage, qui disparaîtraient aussi rapidement qu'ils étaient arrivés. Mais bon, Akai avait comme un mauvais sort qui lui avait été jeté, du moins elle commençait vraiment à le croire...parce que dès qu'elle essayait d'avoir un peu de silence, il fallait que quelqu'un vienne la déranger, et souvent, il s'agissait de sa poïy, mais bon, quand c'était pas elle, c'était quelqu'un d'autre. Et ça devenait vraiment pénible...à croire qu'elle ne pourrait rester seule plus de quelques minutes...parce que oui, ça faisait combien de temps qu'elle était arrivée? A peine une minute, peut-être deux et voilà que deux individus venaient déranger son repos...ils avaient vraiment intérêt à disparaître...chose qui semblait impossible, puisque les voix se rapprochaient dangereusement...Akai se concentra, essayant de disparaître, mais son pouvoir ne semblait vraiment pas vouloir marcher quand elle le souhaitait...foutu pouvoir...et dire qu'elle ne savait l'utiliser, du moins pas encore...
Les voix s'approchaient encore, tandis que les mains de Akai allèrent trouver ses poignards...pure réflexe...le contact des armes la rassurèrent aussitôt. Avec elles, au moins, elle était en sécurité....contrairement à ses ennemis...

-On ne hurle pas dans les cimetières, ça ne se fait pas...

Peut-être pas si bête que ça, finalement....sauf pour s'arrêter là, où il ne fallait surtout pas, c'est à dire, juste devant Akai.

Je ne suis pas là, je ne suis pas là, je ne suis pas là...

-bonjour !

Je ne suis pas là...

-Désolé pour le chahut, Paya est un vrai froussard...

Il s'excusait...ouais, pas mal...c'était déjà ça...ouais mais bon, Akai était indisponible...

-Et sacrément timide aussi...

Il avait pas remarqué qu'il parlait pour ne rien dire et que Akai avait simplement l'intention de dormir?

-Salut!

Oh non, Ari répondait...il fallait s'y attendre...elle pouvait vraiment pas se taire...

-Moi c'est Ari, s'exclama la petite poïy, en se levant, et elle c'est...

-Akai Arina, coupa la jeune tueuse, en ouvrant, enfin, les yeux, avant de lancer un regard glacial à Ari, qui l'ignora...

-Nous sommes enchantées de vous rencontrer! Ajouta celle-ci, avec un grand sourire.

-Ari surtout, répliqua Akai, en dévisageant l'inconnu.

Il s'agissait d'un jeune homme, de quelques années de plus qu'elle, peut-être 18-19 ans. Il possédait des yeux couleur émeraude, tandis que ses cheveux, eux, étaient couleur ébène. Sa carrure était imposante et paraissait avoir des années d'entraînement...mais bon, Akai, plus petite, était plus agile et sans doute plus armée que lui...et puis, elle en avait déjà vaincu des gars comme lui, alors ce n'était pas les quelques muscles qu'il possédait qui lui feraient peur.
Son poïy, lui, était tout blanc et paraissait vraiment effrayé, mais bon après les discussions qu'elle avait entendues, avant d'être dérangée, Akai savait très bien que ce n'était pas seulement l'air...

-Bon, qu'est-ce que vous foutez là, vous deux? Demanda sèchement Akai, qui n'était vraiment pas, mais vraiment pas de bonne humeur, après la disparition de Ari et surtout après le fait qu'on la dérange en pleine sieste.

-Ce n'est pas un endroit pour faire une balade, ajouta-t-elle.

Et encore moins pour faire des rencontres...pensa-t-elle.


________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 18 Fév - 23:09

<< Salut! >>

Alan baissa les yeux vers le Poïy rouge qui semblait bien plus bavard que la femme.

<< Moi c'est Ari, et elle c'est...
- Akai Arina, >>

La femme ouvrit les yeux en regardant glacialement le Poïy... elle faisait froid dans le dos. Le dénommé Ari l'ignora.

<< Nous sommes enchantées de vous rencontrer!
- Ari surtout
- Nous de même. >>

Il parlait plus au Poïy qu'à la femme associable. Il parvint enfin à attraper Paya et le retira de sa poche pour le poser devant le Poïy. Le petit blanc lança un timide « bonjour » avant de reculer vers les pieds d'Alan.

<< Bon, qu'est-ce que vous foutez là, vous deux? Ce n'est pas un endroit pour faire une balade >>

Paya poussa un petit cri apeuré puis se cacha derrière Alan qui resta impassible.

<< Pas la peine de prendre ce ton la ! On voulait juste traverser le cimetière pour arriver plus vite là où on voulait. Ce n'est pas parce qu'on vous a dit bonjour que vous allez mourir... d'ailleurs, qu'est ce que vous, vous faites ici ? >>

Il parlait d'un ton neutre, mais avec une pointe d'animosité pour montrer qu'il était vexé. Au moins, le Poïy avait l'air plus sociable.

<< Je m'appelle Alan, et lui c'est Paya, mais je vous l'ai déjà dit. >>

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Sam 19 Fév - 13:41

Le petit poïy blanc poussa un petit cri apeuré et alla se cacher derrière son maître, qui lui, resta impassible devant le ton cinglant de la jeune fille.

-Pas la peine de prendre ce ton la ! Déclara-t-il, d'un ton neutre, même si on pouvait perçevoir, comme une pointe d'animosité dans la voix.
Akai l'aurait-il vexé? Et puis elle prenait le ton qu'elle voulait avec qui elle voulait. Et puis c'était pas vraiment son genre de mentir en prenant un air gentil, alors que le jeune homme l'embêtait, mais au plus haut point...alors vraiment à quoi ça servait d'être hypocrite? C'était vraiment pas son genre...donc, elle prenait le ton qu'elle voulait et ce n'était pas ce gars qui allait lui dire comment parler...

-On voulait juste traverser le cimetière pour arriver plus vite là où on voulait, l'informa celui-ci, toujours sur le même ton.

Oui, ça se tenait comme excuse...

-Ce n'est pas parce qu'on vous a dit bonjour que vous allez mourir...continua l'inconnu.

Mais, ils l'avaient empêchée de dormir, ce qui était pire, en soi...et puis, Akai avait une grande envie de sortir ses poignards et de les foutre sur son joli cou, pour lui prouver que c'était tout de même dangereux de lui dire bonjour quand elle faisait une sieste, mais bon, elle s'abstint, surtout devant le regard que lui lança Ari...elle devait sans doute se douter des pensées qui la traversaient...

-d'ailleurs, qu'est ce que vous, vous faites ici ? Demanda l'homme, sans doute, avec l'envie de changer la conversation.

Franchement, ça se voyait pas? Elle essayait de dormir...Akai tapota ses doigts, contre ses poignards, un tic qui lui prenait lorsqu'elle avait vraiment, mais vraiment envie de se servir de ses armes chéries...heureusement qu'elles étaient cachés sous son chaperon...

-Je m'appelle Alan, et lui c'est Paya, mais je vous l'ai déjà dit.

-Euh, non, répondit Ari, à la place de sa maîtresse, qui allait répondre.

Effectivement, le jeune homme avait omis de se présenter, lui et son poïy...ou Akai n'avait rien entendu, mais bon elle n'était pas la seule dans ce cas..puisque Ari aussi n'avait rien entendu, comme elle venait de le signaler, juste avant de rajouter:

-Et pour ce qu'on fait ici, bah Akai voulait...

-me reposer, coupa la jeune tueuse, mais je vois que c'est mission impossible, ajouta-t-elle, en se levant, avec la grâce d'un félin...mais ça, c'était dû aux nombreuses années d'entraînement, en tant que tueuse à gage.

-Et vous alliez où? Demanda Ari, tandis que sa maîtresse, elle, nettoyait la poussière qui se trouvait sur son chaperon...

-Ari...soupira celle-ci, en levant les yeux au ciel.

la petite créature était vraiment un cas désespéré...

-Oui? Fit l'interpellée, en lui faisant un grand sourire innocent.

Elle savait pertinemment bien ce que lui reprochait Akai...sa grande curiosité, qui allait encore les faire entrer dans des discussions interminables et allaient empêcher la jeune fille de faire sa sieste...de toute façon, elle avait abandonné...alors, oui, pourquoi pas essayer d'en savoir en peu plus sur Alan et Paya? Finalement, Akai, soupira de nouveau, abandonnant une bataille verbale contre Ari, surement perdue d'avance, ou pas...mais bon, Akai n'avait vraiment pas envie d'entrer dans des débats, surtout dans un cimetière...

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Sam 19 Fév - 17:56

<< Euh, non >>

Alan haussa les sourcils. Il lui semblait pourtant avoir dit quelque chose comme « Paya est un vrai trouillard », enfin peu importe.

<< Et pour ce qu'on fait ici, bah Akai voulait...
- me reposer, mais je vois que c'est mission impossible. >>

La dénommée Akai se releva avec une grâce féline qui n'avait rien à envier à Eléana.

<< Et vous alliez où?
- Ari...
- Oui? >>

Pas besoin d'être un génie pour deviner qu'Akai espérait le départ des inconnus. Par contre, on ignorait ce qui poussait Ari à poursuivre la conversation, mais Alan se prêta au jeu.

<< Eh bien je retournais au pensionnat dans le but de faire une sieste si tu veux vraiment savoir. J'ai rien de mieux à faire pour le moment.
- Hmm hmm... >>

Le jeune loup ne fit pas attention au raclement de gorge empli de sous entendus de Paya. Il ne laissera jamais le petit Poïy lui donner des ordres, surtout quand ça concerne sa scolarité.

<< Se reposer dans un cimetière... quelle drôle d'idée... tu serais pas mieux dans ta chambre pour ça ? >>

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Sam 19 Fév - 18:49

-Eh bien je retournais au pensionnat dans le but de faire une sieste si tu veux vraiment savoir, répondit Alan.

Hum...lui aussi était un adepte de la sieste? Il fallait croire que c'était contagieux...en tout cas, il était sincère, c'était une bonne chose...

-J'ai rien de mieux à faire pour le moment, ajouta-t-il, tandis que son poïy se racla la gorge, comme si le jeune homme oubliait quelque chose, ou pas...faisait plutôt exprès d'ignorer...oui, c'était ça...sans doute...

-Se reposer dans un cimetière...quelle drôle d'idée... tu serais pas mieux dans ta chambre pour ça ?

Akai eut un petit rire.

-J'ai bien essayé, oui, répondit-elle, mais une certaine personne n'arrêtait pas de faire un boucan pas possible.

Regard noir vers Ari, qui prit un air innocent, tout en demandant:

-Qui ça? Je vois pas...

Akai ne répondit pas et continua, en direction du jeune homme:

-puis, ensuite, cette certaine personne, Ari, sans la nommer, a disparu, mystérieusement...

-J'étais dans le monde des poïys! se défendit celle-ci. Et tu l'avais bien cherché aussi!

-Mais tu ne comprends vraiment pas quand je te dis de te taire, répliqua la jeune fille, en soupirant.

-Mais euh...

-Bon, reprit Akai, à l'intention d'Alan et Paya, après la disparition d'Ari, je l'ai cherchée partout, en vain, bien évidemment, puisque mademoiselle se trouvait dans le monde des poïys...et bien sûr, elle ne m'avait rien dit.

Nouveau regard en direction de la poïy, qui essayait de se faire tout petite.

-J'ai finalement opté pour une balade et bien sûr, Ari s'est finalement montrée, à ce moment là. Mais bon, comme j'avais toujours envie de faire une sieste, je pensais que le cimetière serait l'endroit idéal pour cela. Cela s'est prouvé, car Ari, elle, a compris, qu'il faut un minimum respecter les morts et ne pas hurler dans un cimetière...

Cette fois-ci, Akai lança un regard au poïy blanc de Alan...qui avait fait un boucan pas possible, en arrivant aussi...bien sûr, Akai n'hurlait lorsqu'elle expliquait la raison de sa sieste ici...elle parlait bas, mais assez fort pour que le jeune homme l'entende.

-Je pensais donc que je pourrais faire ma sieste, tranquillement...ajouta la jeune tueuse, en regardant de nouveau Alan.

Soudain, une idée lui traversa l'esprit...elle était en train de lui raconter comment elle s'était retrouvée ici, non? Et elle parlait...et beaucoup...et dire que d'habitude, elle parlait peu et surtout, elle évitait toute proximité avec des inconnus...mince...fallait qu'elle trouve quelque chose pour que le jeune homme ne crois pas qu'elle était sympathique et qu'elle avait perdu toute amertume à son égard...parce que c'est vrai, elle lui en voulait quand même de l'avoir réveillée, mais bon c'était passé...
Akai remarqua le regard abasourdi de Ari:

-Et bah, c'est rare quand Akai est gentille avec des gens! Informa-t-elle, Alan et Paya.

-Je ne suis pas gentille, grommela celle-ci, avant de regarder le jeune homme:

-Je te préviens, tu n'as pas intérêt à raconter cela à qui que ce soit! Lui dit-elle, en reprenant son air froid et distant.

-Hey, Alan, Paya! S'exclama Ari, en sautillant sur place. Vous faites partis de quel clan?

Et voilà, c'était reparti...Ari était de nouveau "mademoiselle je veux tout savoir"...mais bon, il fallait l'avouer que sa question était plus qu'intéressante...Akai saurait enfin si il s'agissait d'un allié ou non...et si elle devrait lui couper la langue pour lui éviter de parler...cette perspective était vraiment alléchante...

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 20 Fév - 23:02

<< J'ai bien essayé, oui, mais une certaine personne n'arrêtait pas de faire un boucan pas possible. >>

Akai lança un regard noir à son Poïy qui jouait les innocents.

<< Qui ça? Je vois pas...
- puis, ensuite, cette certaine personne, Ari, sans la nommer, a disparu, mystérieusement...
- J'étais dans le monde des poïys! Et tu l'avais bien cherché aussi!
- Mais tu ne comprends vraiment pas quand je te dis de te taire
- Mais euh...
- ]Bon, après la disparition d'Ari, je l'ai cherchée partout, en vain, bien évidemment, puisque mademoiselle se trouvait dans le monde des poïys...et bien sûr, elle ne m'avait rien dit. J'ai finalement opté pour une balade et bien sûr, Ari s'est finalement montrée, à ce moment là. Mais bon, comme j'avais toujours envie de faire une sieste, je pensais que le cimetière serait l'endroit idéal pour cela. Cela s'est prouvé, car Ari, elle, a compris, qu'il faut un minimum respecter les morts et ne pas hurler dans un cimetière... >>

Cette fois-ci, ce fut Paya qui se prit un regard noir d'Akai, Paya qui se planqua derrière la chaussure d'Alan, terrifié par la jeune femme.

<< Je pensais donc que je pourrais faire ma sieste, tranquillement...
- Dans un cimetière, quand même, ça doit être loin d'un confort acceptable... >>

Alan remarqua que la tueuse parlait beaucoup depuis tout à l'heure alors qu'elle se montrait plutôt taciturne au début...

<< Et bah, c'est rare quand Akai est gentille avec des gens!
- Je ne suis pas gentille. Je te préviens, tu n'as pas intérêt à raconter cela à qui que ce soit!
- D'accord, je dirais rien.
- Hey, Alan, Paya! Vous faites partis de quel clan?
- Je suis de Hôô >>

En guise de preuve, il montra son tatouage situé au poignet gauche. Paya se trouvait toujours derrière la chaussure, tremblant comme une feuille.

<< Vous aussi je présume, sinon mon tatouage m'aurait brûlé il me semble... à moins qu'il n'y aie un défaut à cette histoire de guerre de clan... je suis pas ici depuis assez longtemps pour connaître tous les détails... >>

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 24 Fév - 13:50

Spoiler:
 


- Je suis de Hôô, répondit Alan et comme pour le prouver, il montra le tatouage situé sur son poignée gauche. En effet, c'était bien celui de Hôo...Akai réprima un sourire, tandis que le jeune homme continuait:

-Vous aussi je présume...

La tueuse acquiesça et lentement fit tomber la capuche de son chaperon, libérant ainsi ses longs cheveux blancs, qui allèrent courir le long de son dos. Hélas pour eux, cela fut de courte durée car Akai les attrapa d'une main et tout en se retournant, elle les souleva, dévoilant ainsi son propre tatouage, gravé sur la partie gauche de sa nuque...en gros, si ce n'était pas Akai qui décidait de le montrer, personne ne pouvait vraiment connaître son clan mais bon, Alan avait montré son tatouage, alors, par courtoisie, elle prouvait son appartenance au clan Hôo en faisant de même.

-...sinon mon tatouage m'aurait brûlé il me semble...

Akai se retourna, pour faire face au jeune homme.

-...à moins qu'il n'y aie un défaut à cette histoire de guerre de clan... je suis pas ici depuis assez longtemps pour connaître tous les détails...

La jeune tueuse enfila de nouveau sa capuche:

-Oh, Akai! S'exclama aussitôt Ari, qui ne manquait pas une occasion pour se taire. Tu es trop belle sans ta capuche!

La tueuse lança aussitôt un regard glacial à la poïy qui affichait un grand sourire niais:

-Cesse de dire des sottises!

-Mais c'est vrai que tu devrais enlever ta capuche plus souvent, continua la créature, ne se défaisant pas de son sourire. Demande à Alan et Paya!

Ari se retourna vers les deux intéressés, les prenant comme témoin:

-Hein que c'est vrai? Leur demanda-t-elle, tandis que Akai soupira de désespoir. Son poïy était vraiment mais vraiment un cas désespéré et irrécupérable, mais bon c'était son poïy et elle l'aimait, malgré ses quelques, voire nombreuse défauts.

-Bon, revenons en à notre conversation initiale, déclara Akai, en lança un regard fortement accusateur à la créature rouge, qui fit comme si de rien n'était. Alors, pour cette histoire de tatouage et de clan, continua la jeune tueuse en reportant son attention sur Alan et Paya. Je ne connais pas vraiment non plus cette histoire et puis, pour tout avouer, je m'en fiche un peu. Tant qu'on me laisse en paix. Bref, pour tout dire, note tatouage ne nous brûle pas forcément en présence de l'autre clan, sauf quelque fois...

-Imaginez en cours...murmura Ari et Akai grimaça devant cette perspective.

-Donc, reprit-t-elle, reprenant un visage sans émotion, j'ignore pourquoi, mais parfois notre tatouage ne nous brûle pas.

Akai s'arrêta de parler, moment durant lequel Ari en profita pour éclairer le monde de sa superbe connaissance des choses:

-Tiens, d'ailleurs, en parlant de cours, vous n'auriez pas cours là?

Un grand sourire vint illuminer le visage de Ari, lorsque le regard glacial de sa maîtresse se posa sur elle. Tiens, ça ne lui faisait plus aucun effet...

-J'en sais rien, avoua la jeune tueuse, et puis je m'en fiche.

-Et tes devoirs, tu les as fait? Continua la poïy.

-Occupe-toi de tes oignons...

-Et toi, Alan, tu les as fait? Questionna Ari, en s'approchant du jeune homme. Dis tu pourrais aider Akai pour les siens? Parce qu'il faut l'avouer, mais...

-Ari...

-Oui? Demanda innocemment la petite créature.

-Cesse d'embêter Alan et occupe-toi de Paya, plutôt...d'ailleurs, tu voudrais pas aller faire un tour avec lui?

le petit poïy blanc d'Alan tremblait de peur, caché derrière les jambes de son maître.

-Dis, Paya? Tu viens te balader avec moi? Clama Ari en gambadant vers lui, avec un grand sourire amical.


________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 25 Fév - 20:57

Akai fit tomber la capuche et la scène eut un côté envoutant quand ses longs cheveux blancs tombèrent en cascade, mais le charme fut rompu en plein cours quand elle les releva d'une main pour montrer son tatouage, situé sur la partie gauche de la nuque. D'un côté, elle a bien fait car si Alan tombait amoureux d'elle aussi, il aurait eu du remord. Il avait déjà Eléna et ça lui suffisait pour son bonheur.

Quand il eut fini de parler, Akai releva sa capuche, ce qui eut pour effet de réactiver le moulin à paroles nommé Ari.


<< Oh, Akai! Tu es trop belle sans ta capuche! >>

La jeune femme lança un regard glacial au Poïy et ajouta :

<< Cesse de dire des sottises!
-Mais c'est vrai que tu devrais enlever ta capuche plus souvent, demande à Alan et Paya!
- Heu... si tu pouvais éviter de me mêl....
- Hein que c'est vrai? >>

Akai et Alan soupirèrent de dépit à l'unisson. Pourquoi diable devait-il servir de témoin ? Ok, Ari avait raison, sans la capuche, ça la mettait plus en valeur mais il ne voulait pas avoir la femme sur le dos pour si peu.

<< Bon, revenons en à notre conversation initiale. Alors, pour cette histoire de tatouage et de clan, je ne connais pas vraiment non plus cette histoire et puis, pour tout avouer, je m'en fiche un peu. Tant qu'on me laisse en paix. Bref, pour tout dire, note tatouage ne nous brûle pas forcément en présence de l'autre clan, sauf quelque fois...
- Imaginez en cours... Alan grimaça en s'imaginant la douleur avec autant « d'ennemis » à proximité.
- Donc, j'ignore pourquoi, mais parfois notre tatouage ne nous brûle pas.
- Tiens, d'ailleurs, en parlant de cours, vous n'auriez pas cours là?
- J'en sais rien, et puis je m'en fiche.
- Moi je n'ai aucun cours aujourd'hui.
- Et tes devoirs, tu les as fait?
-Occupe-toi de tes oignons...
- Et toi, Alan, tu les as fait? Dis tu pourrais aider Akai pour les siens? Parce qu'il faut l'avouer, mais...
- Ari...
- Oui?
- Cesse d'embêter Alan et occupe-toi de Paya, plutôt...d'ailleurs, tu voudrais pas aller faire un tour avec lui?
- Dis, Paya? Tu viens te balader avec moi?
- Ou... oui, je veux bien
- Amusez-vous bien ! >>

Alan regarde les deux Poïys s'éloigner et soupira de soulagement.

<< Est-ce que tous les Poïys sont des maniaques des devoirs ou bien je suis un vrai poissard dans ceux que je croise ? >>

Il se tourna vers la fille encapuchonnée et réfléchit à quoi dire. Il fallait dire que la femme ne semblait pas être une grande bavarde. Au final, il jugea qu'il valait mieux lui laisser ouvrir la conversation.

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 25 Fév - 23:00

- Ou... oui, je veux bien, répondit le petit poïy blanc, tandis que Akai esquissa un petit sourire, heureuse que Paya aie accepté l'invitation d'Ari.

Elle ne pouvait accepté d'avoir Ari plus longtemps dans les pattes...la petite créature était vraiment épuisante, là...et puis, au moins, elle savait où elle allait...quoi que...si elle allait dans le monde des poïys...finalement, elle n'aurait peut-être pas dû dire à la créature rouge d'aller faire une balade avec Paya...hum...

- Amusez-vous bien ! S'exclama Alan, tandis que les deux poïys s'éloignaient d'eux, puis il soupira de soulagement.

-Enfin tranquille, murmura Akai, même si la perspective de savoir sa créature loin d'elle ne l'enchantait plus tellement, mais bon, il fallait tout de même l'avouer que c'était plus tranquille sans elle...

-Est-ce que tous les Poïys sont des maniaques des devoirs ou bien je suis un vrai poissard dans ceux que je croise ? Demanda Alan et Akai le regarda, avec un petit rire:

-Euh...je pense que seul ton poïy est comme ça... répondit-elle avant de s'expliquer:

-Ari n'est pas une maniaque des devoirs, non, elle adore simplement faire son intéressante et surtout embêter les gens...ou plutôt m'embêter, moi...mais, bon, c'est Ari...une grande bavarde, comme tu as pu le voir...un peu usant, je dois l'avouer...

Oui, Ari était à peu près le contraire de Akai, mais elles s'entendaient à merveille...

-En tout cas, ne fais pas attention à Ari, elle est assez...spéciale...

Spéciale mais adorable...Akai esquissa un petit sourire à la pensée de sa chère Ari, qui commençait à lui manquer...pourtant ça ne faisait que quelques minutes...
La jeune fille commençait vraiment à se sentir mal à l'aise en présence du jeune homme...surtout qu'elle ne savait pas quoi lui dire...
Il fallait dire qu'elle ne parlait pas vraiment énormément en tant ordinaire...il fallait bien dire en tant ordinaire, parce que là, depuis sa rencontre avec Alan, elle avait parlé, bien plus que d'habitude...mais généralement, c'était à cause de Ari, qui en disait toujours plus que nécessaire, à croire qu'être bavard commençait à déteindre sur Akai, également...quelle horreur...
Et tandis que la jeune tueuse était partie dans sa réflexion, elle ne se rendit pas compte qu'elle avait attrapé l'un de ses poignards, qui tournoyait, toujours caché sous la cape de la jeune fille, entre les doigts de la main gauche.
Mais bon, lorsque Akai s'aperçut qu'elle était en train de jouer avec son arme, elle eut un sursaut de surprise et bien évidemment, sans le vouloir, le couteau lui échappa des mains et elle ne fut pas assez rapide pour le rattraper.
Impuissante, elle regarda l'arme tomber sur le sol, tout en proférant quelques insultes à son égard...les armes étaient certainement interdites dans le pensionnat, bon, ça ce n'était pas vraiment un problème, mais bon, elle ne voulait pas vraiment faire savoir qu'elle possédait des poignards, sur elle...et bah, là, c'était raté...elle avait fait tomber l'un d'eux devant un élève de l'académie...et elle sentait qu'elle allait devoir se justifier...du moins, elle l'espérait qu'elle n'allait pas devoir expliquer pourquoi elle possédait des armes...déjà, il fallait faire en sorte qu'Alan ne dise rien de toute cela...
Après un regard pour le jeune homme, Akai ramassa tranquillement le poignard et le rangea à sa place, comme si de rien n'était, avant de reporter son attention sur Alan, ne sachant pas comment se comporter avec lui. Elle se sentait de plus en plus mal à l'aise...soudain, son corps fut traversé par un frisson qu'elle connaissait bien...mais ce sentiment s'estompa aussi rapidement qu'il était venu et Akai comprit ce qu'il venait de se passer...elle venait de disparaître pendant quelques secondes, juste avant de réapparaître...son pouvoir venait de se manifester...

-Ah, bah c'est maintenant que j'y arrive, dit-elle, en soupirant, et dire que j'ai souhaité disparaître tout à l'heure, pour avoir la paix, et je n'ai pas réussi...

Akai regarda Alan, en espérant qu'il n'ait nullement remarqué l'histoire du couteau, puis celle de son pouvoir, mais bon, fallait pas rêver là...il avait tout vu...mais avant de lui dire quoi que ce soit, elle préférait voir ses réactions...et elle aviserait ensuite...


________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 27 Fév - 20:57

Les deux Poïys partis, Alan resta seul avec Akai... ce n'était pas forcément hyper rassurant, mais qu'est ce qu'elle pourrait lui faire, honnêtement ? Pas grand chose à première vue. Ils étaient du même clan, pourquoi se vouloir du mal ? En tout cas, Akai partageait le soulagement d'Alan de voir le moulin à paroles rouge partir, vu qu'elle a marmonné « enfin tranquille », après quoi elle répondit à la question du jeune homme :

<< -Euh...je pense que seul ton poïy est comme ça... Ari n'est pas une maniaque des devoirs, non, elle adore simplement faire son intéressante et surtout embêter les gens...ou plutôt m'embêter, moi...mais, bon, c'est Ari...une grande bavarde, comme tu as pu le voir...un peu usant, je dois l'avouer... En tout cas, ne fais pas attention à Ari, elle est assez...spéciale...
- D'accord, j'en prend note. >>

Et elle souriait en disant ça. Elle devait vraiment aimer Ari malgré ce qu'elle a dit sur elle.

Il y eut un moment de silence. Alan nota que la jeune femme trifouillait quelque chose sous sa cape et il sut bientôt de quoi il s'agissait quand un objet métallique tomba au sol. Une lame... une dague ou un poignard peut être ? En tout cas, la jeune femme se dépêcha de ramasser l'arme en jurant, et la rangea dans son fourreau.

Alan fixa la jeune femme un moment. Il ne savait pas si c'était vraiment le cas vu ce qui se tramait sur l'île, mais les armes étaient interdite dans les établissements scolaires... après, vu ces histoires de pouvoirs, de races et de clans qui se tapaient dessus pour des raisons inconnues, ce n'était peut être pas le cas ici...

Puis Akai disparut mystérieusement un moment, avant de réapparaitre.


<< Ah, bah c'est maintenant que j'y arrive. Et dire que j'ai souhaité disparaître tout à l'heure, pour avoir la paix, et je n'ai pas réussi...
- Toi au moins tu n'es pas envahie par les puces... tout du moins, je présume... >>

Il se grattait machinalement la nuque alors que les bestioles commençaient à agir... fichue race de métamorphe ! Pourquoi a-il fallu qu'il devienne l'un deux, et surtout un LOUP ?

La jeune fille le fixait intensément... il ne fallait pas être un génie pour deviner ce à quoi elle songeait.


<< Ne t'en fais pas, je ne dirais rien sur ton arme... tant que je ne l'ai pas sous la gorge, voir en travers, en tout cas... >>

Il espérait que ça suffirait à la convaincre, bien qu'il doutait assez que ça soit le cas.

Invisibilité, dague (ou poignard, Alan n'arrive pas vraiment à faire la différence entre les deux armes), tendance à rester encapuchonnée et silencieuse)... cette fille était flippante. Elle avait vraiment l'allure d'un assassin d'un roman fantastique... Non, ça devait être son imagination ! Il lisait vraiment trop ce type de bouquins, décidément...

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Lun 28 Fév - 0:39

- Toi au moins tu n'es pas envahie par les puces, déclara Alan, avant d'ajouter:

-tout du moins, je présume...

Des puces? Le jeune homme se grattait intensivement le nuque...des puces? Comment ça des puces? Et comment cela se faisait-il qu'il ait des puces?

-Ne t'en fais pas, je ne dirais rien sur ton arme...déclara Alan, la sortant de ses pensées.

Oui, et bah y avait intérêt...mais pouvait-elle lui faire confiance? Pas sûr...même si il faisait parti de son clan, elle ne le connaissait pas encore, pour savoir si elle pouvait réellement lui accorder sa confiance.

-tant que je ne l'ai pas sous la gorge, voir en travers, en tout cas..., ajouta Alan.

ça...c'était pas si sûre que ça lui arrive...

-tout dépend de toi, répondit la jeune tueuse, en le dévisageant intensément.

des puces? pourquoi des puces? peut-être que...

-tu es un métamorphe pas vrai?

Akai savait que quelques élèves possédait cet étrange pouvoir que celui de se transformer en un animal...Alan en faisait-il parti? Et si oui, en quel animal? Un chat...puce et chat, ça allait de paire, non? Ou un chien...oui, peut-être un gros toutou...ou rien du tout...peut-être qu'il était simplement infecté par les puces...un pouvoir de contrôle des puces...possible aussi...enfin, pour le savoir, suffisait d'attendre la réponse du jeune homme.
Mais le problème, c'est que le dit jeune homme était en train de la dévisager, d'un air étrange, comme...oui, il était perdu dans ses pensées...ou, en tout cas, ça en avait tout l'air...hum...fallait peut-être qu'elle fasse ou dise quelque chose, non? sinon, elle risquait d'attendre avant d'avoir une réponse...bon, bah, elle avait pas le choix...de toute façon, c'était déjà fait...
Lentement, Akai sortit le poignard qu'elle venait de ranger_tant que l'autre ne tombait pas, ça allait...- et regarda Alan, avec un regard glacial, tout en faisant un pas vers lui:

-si tu ne réponds pas à ma question, tu risques fort de goûter à la lame de mon poignard, même si je n'y prendrai pas plaisir...

ou peu-être que si...mais bon, il faisait parti de son clan quand même...

-donc, je répète ma question, es-tu un métamorphe?

et dire qu'elle employait des méthodes comme celle-ci pour obtenir une simple information...comme si ça lui apportait vraiment quelque chose de savoir si c'était vraiment un métamorphe...mais bon, il fallait bien qu'elle lui fasse comprendre qu'elle ne plaisantait pas et qu'elle pouvait très bien utiliser ses armes sur lui...ça oui, elle en serai capable...mais, lui, ne le savait pas encore...et c'était bien ça qu'elle voulait lui mettre dans la tête...et elle le lui enfoncerait de force s'il le fallait. Mais bon, c'est vrai que la jeune fille n'aimait pas qu'on ne réponde pas à ses questions...et du coup, elle faisait une pierre deux coups...


________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Lun 28 Fév - 8:56

<< tout dépend de toi, répondit la jeune femme au sujet de l'arme. Puis elle ajouta : tu es un métamorphe pas vrai? >>

Il ne l'écoutait qu'à moitié, trop occupé à songer à ces histoires farfelues de tueurs. Il la faisait attendre... beaucoup trop en fait car au final, elle le menaça alors avec son arme.

<< si tu ne réponds pas à ma question, tu risques fort de goûter à la lame de mon poignard, même si je n'y prendrai pas plaisir... donc, je répète ma question, es-tu un métamorphe? >>

Réflexe n°1 d'Alan en voyant la lame arriver : faire un bond en arrière. Réflexe n°2, se changer en loup et grogner. Un gros loup noirs aux yeux émeraudes, toutes dents dehors. Il s'en rendit bien vite compte et repris forme humaine.

<< T'étais pas obligé de sortir ton cure-dent pour me le demander... >>

Bon, peut être était-ce dû au fait qu'il la faisait trop attendre, qu'elle a sorti l'arme, mais quand même...

<< Bon, eh ben tu as ta réponse : oui, je suis un métamorphe loup. >>

En quoi ça l'avançait de le savoir ? Bonne question... enfin, peu importait, après...

... et maintenant ? Alan ne savait vraiment pas quoi dire en fait... sauf peut être parler de son pouvoir d'aiguisage de sens, mais en fait, il n'avait pas vraiment envie de dévoiler toute sa personne maintenant. Toutefois, il n'aimait pas trop le silence... il réfléchit et se lança dans un sujet qu'il savait glissant.


<< Ce poignard... il ne vient pas de l'île pas vrai ? Tu savais à quoi t'attendre en arrivant ? >>

Il ne voyait pas pourquoi prendre des armes dans une école qui a l'air on ne peut plus normal à première vue... bon en fait, il y avait de drôles d'histoires sur cette école, mais pas de quoi prendre des précautions aussi... extrêmes !


(désolé, c'est court !)

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Lun 28 Fév - 22:11

Spoiler:
 

Le plan de Akai fonctionna à merveille. En effet, Alan réagit, en faisant un bon en arrière, puis soudainement, il se transforma en un magnifique loup noir aux yeux couleur émeraude. Et bah, voilà qui répondait à sa question...mais le problème c'est que monsieur le loup avait sortit ses dents et grognait un peu trop au goût de la jeune fille...elle ne voulait pas vraiment devoir le tuer s'il se jetait sur elle...à l'origine, elle voulait juste le faire réagir, ce qui était chose faite, un peu trop même...elle voulait seulement une réponse, pas une démonstration.
Akai resserra son étreinte sur son poignard, prête à l'utiliser si nécessaire...de toute façon, son autre main avait rejoint sa seconde arme, toujours à sa place...
Finalement, Akai n'eut pas besoin d'utiliser ses poignards car Alan reprit sa forme humaine avant de lui lancer sur un ton accusateur:

-T'étais pas obligée de sortir ton cure-dent pour me le demander...

-La faute à qui? Répliqua aussitôt la jeune fille.

Mais...il avait bien dit cure dent? Elle allait lui montrer s'il s'agissait vraiment d'un cure dent...pff, quel imbécile...qualifier son arme de cure dent...et puis elle n'aurait pas eu besoin de le menacer ainsi s'il avait bien voulu daigner répondre à sa question...

-Bon, reprit Alan, eh ben tu as ta réponse : oui, je suis un métamorphe loup.

Ouais, ça, elle l'avait compris...Akai fixait intensément le jeune homme, au cas où l'envie lui en prendrait de se transformer de nouveau en loup. On ne savait jamais...


-Ce poignard...déclara Alan, au bout d'un long moment de silence, il ne vient pas de l'île pas vrai ?

Akai acquiesça, distraitement. En effet, elle avait pris soin d'acheter ses deux poignards, juste avant d'aller au pensionnat.

-Tu savais à quoi t'attendre en arrivant ?

A quoi s'attendre...hum...franchement, Akai se doutait bien que les armes n'étaient pas forcément permises dans l'enceinte du pensionnat, mais ailleurs elles devaient bien l'être...de quoi se mêlait Alan?

Akai baissa la main, lentement, tout en gardant l'arme, entre ses doigts. De toute façon, plus besoin de la cacher...et il fallait l'avouer, à son contact, elle se sentait mieux, plus détendue, malgré la tension qui continuait de parcourir son corps, chose qui lui arrivait toujours en présence d'inconnus.

Ah ses poignards, qu'est-ce qu'elle ferait sans...pratiquement rien...et sans eux, elle serait à la merci d’ennemis potentiels. Ses armes chéries étaient sa seule véritable source de protection, parce que ce n'était pas avec son pouvoir d'invisibilité qu'elle allait pouvoir vaincre les ennemis.
Et puis, il fallait l'avouer que ses poignards lui rappelaient le bon vieux temps...un temps où elle n'avait pas besoin de cacher ses poignards puisqu'elle vivait l'arme à la main et qu'avec sa famille, ils se lançaient même des défis pour égayer leurs journées. Ah, tout cela, c'était il y a fort longtemps...et dire que si il n'y avait pas eu cette petite erreur dans leur parcours...une erreur qui avait coûté la vie de son père et sans doute également celle de sa mère. Akai revoyait encore ce moment...les hommes qui avaient déboulé dans la salle, leur tentative de fuite, la balle qui avait trouvé refuge dans le corps de son père, alors que ce devait être son corps la cible, et la voix de sa mère qui lui ordonnait de fuir...ce qu'elle avait fait..même si elle le regrettait amèrement. Depuis, sa vie n'avait été que tristesse. Sans cette petite "erreur de parcours", Akai vivrait encore avec sa Famille et tous les tueurs à gage qui la composaient et elle n'aurait pas vécu de la même façon les 4 dernières années, qui s'étaient écoulées. Quatre années durant lesquels, elle avait dû faire tant d'effort pour ne pas tuer tous ses petits camarades, qui l'incendiaient d'injures, simplement parce qu'elle était différente d'eux. Elle ne savait pas compter? Et bah, quoi, ce n'était pas ça qui allait l'empêcher de réussir sa vie...et dire que sans ces funestes évènements d'il y a quatre ans, elle n'aurait pas eu à subir toutes ces insultes et ces regards qui la considéraient comme un monstre...sans tout cela, elle aurait eu une route toute tracée devant elle...devenir une excellent tueuse à gage et prendre la succession de ses parents, au sein de la famille...c'était vraiment tout ce qu'elle avait souhaité, mais tout ne s'était pas passé ainsi.

Machinalement, Akai essuya les quelques larmes qui venaient de franchir la barrière de ses yeux et qui roulaient, librement, sur ses joues, tandis que son cerveau la ramenait à la réalité, à l'instant présent...et dire qu'elle venait de se laisser aller à penser au passé, à la nostalgie...elle ne pouvait se le permettre, surtout devant Alan, qui continuait de la dévisager...combien de temps s'était-il passé depuis qu'elle s'était déconnectée de la réalité?
Peu importait...ce que Akai répugnait, c'était d'avoir eu cet instant de faiblesse...elle ne pouvait se le permettre...pourtant son cerveau se déconnecta une nouvelle fois de la réalité, pour l'amener à penser à son but ultime...le chemin qu'elle s'était forcée à suivre...ses parents étaient morts, certes, mais il y avait un espoir encore infime pour que les autres tueurs à gage, eux, s'en soient sortis...il fallait qu'elle les retrouve...afin de pouvoir reformer leur communauté et surtout se venger de ceux qui avaient lâchement voulu les tuer...voilà, quel était le but que s'était fixé la jeune fille et elle l'atteindrait par n'importe quel moyen...
Mais bien évidemment, il restait des obstacles à ce plan...déjà, Akai attendait d'être majeure, afin, de ne plus avoir de compte à rendre à sa famille adoptive et surtout de ne plus être sous leur charge...mais il y avait un problème, encore plus énorme que celui-ci, qui n'en était pas réellement un, puisqu'elle n'avait que quelques année à tenir...enfin, le vrai obstacle restait en sa présence en ces lieux, précisément...et surtout au fait que maintenant elle n'était plus seule...il y avait Ari...sa chère poïy...elle ne pouvait se permettre de laisser ici et elle savait qu'elle ne pourrait pas l'emmener avec elle. Cette seule chose représentait un dilemme...soit Akai allait effectuer sa vengeance, retrouver les autres tueurs à gage et reformer sa famille, soit elle abandonnait cette idée et restait ici, en sachant qu'elle resterait avec Ari...le choix était vraiment difficile...sans la poïy, ça ne l'aurait pas été, mais, elle existait bel et bien...Akai était vraiment dans une impasse et elle ne voyait aucune issue possible...jamais, elle n'aurait dû mettre les pieds dans cette endroit, jamais...maintenant, c'était trop tard...comme le fait de ne pas être rester avec ses parents...elle aurait connue le futur, elle serait restée avec eux et serait morte avec eux...oui, morte, mais heureuse...heureuse d'être restée jusqu'au bout, aux côtés de ses parents...

Une douleur tira, cette fois-ci, Akai de ses pensées et elle regarda le sang couler, en provenance de sa main. Celle-ci, la droite plus précisément, était venue, malencontreusement, prendre place sur la lame du poignard, qui se trouvait toujours dans la gauche. Mais, sans s'en rendre compte, au fil de ses pensées, la jeune fille avait resserré son étreinte sur la lame, suivant les différents sentiment qu'elle avait pu ressentir: tristesse, nostalgie, colère, vengeance...tout du long, Akai n'avait pas remarqué le manège avec ses mains, trop paumée dans ses pensées, pour y prêter attention et c'est maintenant qu'elle regardait le sang couler et que la douleur commençait à se propager à travers son corps que la réalité la rattrapait d'un coup.

Elle leva la tête vers Alan, puis reporta son regard vers la coupure et tout le sang...

-Mince, fit-elle, dévisageant sa blessure.

Il fallait l'avouer qu'elle était toujours un peu déconnectée de la réalité et qu'elle ne savait pas du tout quoi faire...la jeune fille releva une nouvelle fois la tête, vers Alan, comme s'il pouvait lui apporter les réponses qu'elle attendait...parce qu'il fallait dire que la douleur commençait vraiment à s'amplifier et qu'elle commençait sacrément à perdre du sang...et la fatigue, commençait vraiment à se faire sentir...Akai ne pouvait plus réfléchir correctement depuis un certain moment...alors elle espérait vraiment obtenir de l'aide d'Alan...

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Mar 1 Mar - 11:51

Spoiler:
 

<< La faute à qui?
- A celle qui n'a pas pensé à me secouer l'épaule plutot que me menacer avec son arme, je présume. >>

Histoire de ne pas se donner l'air trop rancunier, Alan a ajouté une pointe d'amusement à sa réplique en espérant que ça ne vexerait pas son interlocutrice.

Quoi qu'il en soit, Akai acquiesça à la question d'Alan : les poignards ne venaient pas de l'île, mais d'ailleurs. Il se pouvait donc qu'elle savait ce qui l'attendait ici... mais elle n'a pas acquiescé à cette question ci par contre, elle est resté muette.

Il y eut un moment de silence pendant lequel Akai tripotait sa lame en pleurant. Elle sécha ses larmes d'un revers de main puis, un peu plus tard, s'entailla méchamment la main. Elle devait s'être profondément enfouie dans ses pensées pour faire un truc si maladroit. A quoi songeait-elle ?


<< Mince.
- Ah bah bravo... >>

La jeune femme ne faisait rien pour arrêter l’hémorragie qui s'avérait assez important. Alan soupira puis déchira la manche de sa chemise pour en faire un bandage qu'il passa autour de la blessure.

<< J'ai pas envie de te trainer jusqu'à l'infirmerie par ce que tu aurais perdu trop de sang. Alors soit gentille et range ce joujou. >>

Il observa le visage de la jeune femme et remarqua qu'il y avait quelques signes de fatigue.

<< Va te faire un pansement correct puis va te reposer un peu. Je ne suis pas médecin donc s'il t'arrive un truc alors que je suis là, je pourrais pas faire grand chose. >>

Il recula et observa la jeune femme. Il ne comptait pas la forcer, ce n'était jamais qu'un conseil. A elle de voir ce qui convenait vraiment de faire.


(et moi à côté, j'arrive pas à faire un gros rp ><)

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Mar 1 Mar - 13:25

-Ah bah bravo...

Le jeune homme déchira un morceau de sa chemise, en soupirant puis s'approcha d'elle, avant de lui recouvrir sa main, en guise de bandage.

-J'ai pas envie de te trainer jusqu'à l'infirmerie par ce que tu aurais perdu trop de sang, expliqua-t-il, avant d'ajouter, alors soit gentille et range ce joujou.

Un joujou? Akai regarda le poignard qui traînait toujours dans sa main. Un joujou? Elle aurait bien voulu lui faire comprendre que son "joujou" était très tranchant et pouvait faire très mal..enfin, bon, ça, elle en avait la preuve avec la coupure qui recouvrait sa main. Et puis, Akai commençait à perdre quelques forces et la fatigue s'amplifiait.
Lentement, elle releva la tête pour regarder le jeune homme et ouvrit grand les yeux avec un "Shiro", dit l'air étonné. Devant ses yeux abasourdis, se tenait le grand brun, à l'allure d'un prince, celui-là même qui l'avait surnommée "snow", parce qu'elle adorait tant voir la neige tomber, quand elle était petite et c'était toujours le cas, d'ailleurs, mais, dans sa petite enfance, Akai, la première fois qu'elle avait vu tomber la neige, avait vraiment été émerveillée par le manteau blanc, qui recouvrait le sol. Quand la neige avait cessé, elle n'avait pas arrêté de demander quand est-ce qu'elle reviendrait...et l'hiver d'après, ça avait été un pure bonheur, pour la gamine qu'elle était, lorsque les premiers flocons de neige tombèrent. Shiro, de quelques année de plus qu'elle, avait décidé de la nommer "Snow". Cela signifiait, "Neige" dans son pays d'origine, l'Angleterre. Oui, parce que, malgré les apparences et surtout son nom, qui était en réalité Shinzaburo, Shiro venait d'Angleterre. Mais ses parents, eux, étaient tout deux japonais, du coup, ils avaient décidé de doter leur fils d'un prénom japonais, dans l'intention de revenir au Japon, leur pays natal, ce qu'il avait fait quelques années après.
Akai avait toujours admiré Shiro. Il était fort, agile et avait tout pour devenir un excellent tueur à gage. Et puis, il fallait dire que la jeune fille avait toujours passé le plus clair de son temps avec lui et c'était lui-même qui l'avait aidée à devenir plus forte et plus précise, en l'entraînant, encore et encore. Oui, Akai admirait vraiment Shiro, il était comme un frère pour elle.
Elle ignorait ce qu'il était advenu de lui après cette regrettable affaire qui avait coûté la vie de ses parents. Alors que faisait-il ici?

-Shiro...murmura une nouvelle fois Akai, en versant quelques larmes, qu'elle essuya aussitôt.

Il ne fallait pas que celui qu'elle considérait comme un frère, celui qu'elle admirait plus que tout, la surprenne dans un état de faiblesse.
Elle regarda de nouveau le jeune homme, qui ouvrit la bouche, avant de lui lancer:

-Va te faire un pansement correct puis va te reposer un peu.

La réalité rattrapa soudainement la jeune fille et à la place de son Shiro adoré se trouvait un jeune homme aux cheveux bruns, certes, mais qui ne ressemblait en rien à celui qu'elle connaissait. Son cerveau se connecta de nouveau.

-Je ne suis pas médecin, continua Alan, celui qu'elle avait confondu avec Shiro, donc s'il t'arrive un truc alors que je suis là, je pourrais pas faire grand chose.

Et dire qu'elle l'avait confondu avec...sa blessure lui faisait vraiment perdre les pédales, il fallait croire...mais bon, elle n'allait pas suivre les conseils du métamorphe, ou du moins pas tout de suite.
Ce n'était vraiment pas dans ses habitudes d'obéir à n'importe qui, surtout à un jeune homme qu'elle venait de rencontrer.
Akai remarqua que la chemise du jeune homme était déchiré, puis elle regarda sa main, se rappelant que celui-ci lui avait confectionné un bandage, afin d'arrêter l’hémorragie de sa main.
Que s'était-il passé exactement? Bizarrement, elle avait du mal à se rappeler ce qu'il s'était passé, comme si tout s'était déroulé, en son absence. Elle se souvenait d'être égarée dans ses pensées, puis elle s'était reconnectée que partiellement à la réalité de ce qui l'entourait avant de partir à nouveau dans ses pensées.
Tout cela était vraiment...étrange et nouveau pour elle. Jamais, ça ne lui était arrivé et dire qu'elle se trouvait en présence d'Alan. Fort heureusement, celui-ci se trouvait être de son clan et n'avait pas l'air de lui vouloir malheur...la preuve, il lui avait bandé la main, avec sa propre chemise, n'hésitant pas à la déchirer. Et du coup, il avait réussi à arrêter le sang. C'était du bon travail, il fallait l'avouer...mais restait un problème, qui embêtait énormément la jeune fille. Le jeune homme s'était approchée d'elle et l'avait touchée, chose qu'elle détestait énormément...et dire qu'elle était trop abasourdie pour s'en apercevoir, elle ne l'avait pas senti franchir sa barrière de sécurité, chose vraiment bizarre...
D'ailleurs, Akai se recula d'un pas, instinctivement, trouvant, en effet que le jeune homme se trouvait un peu trop près d'elle.
Puis lentement, elle se décida à ranger son poignard, qui se trouvait toujours dans sa main. Elle savait que cela serait fort apprécié par son interlocuteur, qui lui avait fait par deux fois des remarques sur son poignard, en le qualifiant de "cure-dent", puis de "joujou".

-Alors, ce poignard n'est ni un cure-dent, ni un joujou, déclara Akai, en portant son regard sur le jeune homme, regard qui s'était vidé de toute expression, comme le visage de la jeune fille.
Celle-ci avait de nouveau les idées claires, malgré la fatigue qu'elle pouvait ressentir. Mais bon, c'était quand même grâce au métamorphe...

-Je te remercie, ajouta-t-elle, avec une petit grimace.

Qu'est-ce qu'elle avait vraiment du mal à dire ce simple mot "merci"...elle n'avait pas l'habitude, non plus...et détestait cela...surtout que cela signifiait qu'elle avait une dette envers Alan...et elle n'aimait pas ça...avec un peu de chance, il ne le saurait pas...dans le cas contraire, elle était fichue.

-Bon, je te payerai une nouvelle chemise pour remplacer celle-là.

Ce n'était pas vraiment la dette qu'elle devait au jeune homme, mais bon, cela pourrait passer comme telle et celui-ci ne viendrait rien lui demander d'autre, se contentant d'une nouvelle chemise...avec un peu de chance...

-Maintenant, si tu n'y vois pas d'objection, je vais devoir te laisser.

Akai balaya le cimetière du regard. De toute façon, elle se contrefichait de savoir s'il avait des objections...c'était plus par politesse, afin de lui éviter de lui demander quelque chose, afin de payer la dette qu'elle avait à son égard.

-Mais avant, je vais devoir retrouver Ari. Et je suppose que toi, tu vas faire de même avec Paya, non?

Ce n'était pas qu'elle voulait s'éloigner d'Alan, mais bon, elle n'avait pas envie de lui devoir quoi que ce soit, simplement parce qu'il l'avait empêché de se vider de son sang...

-Ensuite, j'irai continuer ma sieste, ajouta-t-elle.

C'est vrai que le jeune homme lui avait ordonné d'aller à l'infirmerie, mais Akai n'allait pas obéir, en tout cas, pas maintenant...déjà, le sang s'était arrêté de couler et ensuite, Alan lui avait ordonné un ordre...ce qu'elle détestait plus que tout. Et de toute façon, elle n'avait simplement besoin que de repos.

Akai tourna le dos au jeune homme, sans attendre de réponse de sa part et commença à marcher sur le chemin.

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Mer 2 Mar - 13:00

<< Shiro
- Hein ? >>

La jeune fille eut un air ahuri quand elle dit ça, ce qui prit Alan au dépourvu. Qu'est ce qu'elle avait, celle-la ?

<< Shiro.. >>

Et elle versa une ou deux larmes qu'elle essuya presque aussitôt. Suite à cela, Alan lui suggéra de se reposer. Ce devait être une chose dont elle avait bien besoin vu son état.

Il y eut un moment de silence pendant lequel la fille semblait revenir à la réalité. Elle a du divaguer à cause d'une perte de sang un brin trop important et la fatigue. Elle sembla prendre conscience de quelque chose et recula brusquement d'un pas, comme si la proximité d'Alan l'horripilait. Et enfin elle rangea son arme.


<< Alors, ce poignard n'est ni un cure-dent, ni un joujou.
- Non, en effet, mais vu comme tu t'en sers, je me suis posé la question.
- Je te remercie Dit elle en grimaçant comme si elle avalait un médicament particulièrement infect.
- Pour le bandage ? Bof, c'est pas grand chose...
- Bon, je te payerai une nouvelle chemise pour remplacer celle-là.
- Pas la peine, je n'aimait pas vraiment cette chemise de toute façons, elle se délave trop facilement.. En effet, elle a subi à peine trois lavage et déjà la couleur virait au gris foncé. Et je n'ai besoin de rien, considère que tu n'as pas de dettes envers moi.
- Maintenant, si tu n'y vois pas d'objection, je vais devoir te laisser. Mais avant, je vais devoir retrouver Ari. Et je suppose que toi, tu vas faire de même avec Paya, non? Ensuite, j'irai continuer ma sieste.
- Je croyais qu'Ari t'empêchais de dormir ? Pour ma part, Paya sait où me trouver si besoin... et puis, je pourrais faire ma propre sieste le temps qu'il revienne. Dis lui simplement que je suis dans mon lit si tu le vois, d'accord ? >>

Elle ne donna pas de réponse et se dirigea vers la sortie du cimetière. Alan regarda autour de lui et fit de même : la sortie que prenait la fille était le chemin le plus court vers les dortoirs. Ils allaient donc traverser le cimetière ensemble.

<< Au fait... c'est qui ce « Shiro » ? >>

Ce n'était qu'un moyen d'alimenter la conversation en attendant qu'ils se séparent. Alan n'aimait pas les silences pesants dans ce genre de situation, il avait l'impression d'être indésirable... ce qui était peut être le cas, d'ailleurs...

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Mer 2 Mar - 22:52

-Pas la peine, je n'aimait pas vraiment cette chemise de toute façon, elle se délave trop facilement...Et je n'ai besoin de rien, considère que tu n'as pas de dettes envers moi.

c'était ce qu'avait répondit Alan juste avant que Akai ne dise qu'elle devait aller retrouver Ari, puis ensuite qu'elle irait faire sa sieste. Bon, d'accord, il ne voulait pas de nouvelle chemise...mais bon, la moindre des choses ce serait de lui en acheter une, pour remplacer celle qu'il venait de perdre, même s'il ne l'aimait pas...et puis la jeune fille était persuadée qu'il disait ça pour ne pas la vexer ou quoi que ce soit d'autre...il devait sûrement vouloir une autre chemise...c'était comme le coût "considère que tu n'as pas de dettes envers moi", tss...mais bien sûr, comme si Akai allait le croire...il n'avait rien à lui demander pour le moment mais bon, s'il avait besoin d'aide pour quoi que ce soit...et qu'il venait la voir, elle, elle était vraiment mal barrée...lui considérait peut-être qu'elle n'avait pas de dettes envers lui, mais Akai pensait le contraire et puis le code de sa famille était simple: rend à l'autre ce qu'il t'a fait subir, un peu une version du "oeil pour oeil, dent pour dent", généralement connue...enfin, bref, quoi qu'il en soit, Akai considérait qu'elle avait une dette envers Alan, malgré ce qu'en disait le jeune homme. Et c'était vraiment ennuyant...elle n'aimait pas du tout devoir quelque chose...d'un côté, elle voulait tant ne rien lui devoir et puis comme lui disait également qu'elle ne lui devait rien...mais bon, d'un autre, elle respectait à la lettre le code d'honneur de sa famille...elle avait une dignité, tout de même, même si elle n'aimait pas du tout la situation dans laquelle elle se trouvait. En gros, le seul truc qu'elle pourrait faire, ce serait laver sa dette le plus rapidement possible et trouver n'importe quel prétexte pour qu'elle soit épongée...oui, c'était une excellente idée...

-Je croyais qu'Ari t'empêchais de dormir ? Lui lança Alan, tandis qu'elle marchait tranquillement vers la sortie du cimetière.Pour ma part, Paya sait où me trouver si besoin... et puis, je pourrais faire ma propre sieste le temps qu'il revienne. Dis lui simplement que je suis dans mon lit si tu le vois, d'accord ?

Oui, c'est vrai que c'était tentant d'aller se reposer sans Ari, oui la poïy faisait un boucan pas possible, mais Akai ne pouvait vraiment pas se passer d'elle et surtout ne pas savoir où elle était l'insupportait...alors, oui, elle devait retrouver la petite créature rouge au chapeau...et le plus tôt serait le bienvenue...

Akai jeta un petit coup d'oeil en arrière et remarqua que le métamorphe l'avait rejointe. Pensant d'abord que finalement il avait changé d'avis, elle se ravisa lorsqu'elle se rappela qu'il avait dit qu'il allait faire une sieste en attendant le retour de son poïy...donc, il se dirigeait vers les dortoirs...et le chemin le plus court était celui là même qu'elle empruntait. En gros, il allait encore devoir se supporter pour quelques temps...et bah, Akai allait devoir faire avec et peut-être allait en profiter pour trouver comment éponger sa dette auprès du métamorphe...la jeune fille regarda sa main, où le bandage improvisé du jeune homme avait l'air d'être réellement bien fait puisque pas une seule goutte de sang le traversait. Mais obn, bientôt, elle devrait le changer...elle le savait...le tissu de la chemine allait bientôt ne plus pouvoir imbibé le sang qu'il restait...et puis, un bandage se changeait assez souvent...Akai était devenue maîtresse dans ce savoir...

-Au fait, déclara soudainement Alan et la jeune fille le regarda, l'air distraite.

Le métamorphe semblait essayer de trouver quelque chose à dire, pour combler le silence qui s'était installé.

-c'est qui ce "Shiro".

Akai s'arrêta aussitôt et sa main se porta aussitôt à sa ceinture, tandis que son visage lui pâlit et que la tension pénétra à l'intérieur de son corps. Qu'est-ce que...avait-elle bien entendu? oui...c'était sûr ça...

Akai lança un regard glacial à Alan en lui lançant, sèchement, sur la défensive:

-Comment connais-tu ce nom, toi?

Bien évidemment, elle avait sorti l'un de ses poignards...toujours le même, comme par hasard, ou plutôt non ce n'était pas un hasard puisque sa main non blessée était celle justement avec lequel elle avait sortie une fois son arme...alors toute logique qu'elle ressorte le même, enfin,bref, passons...Akai avait donc de nouveau un poignard à la main, mais bon, elle le rangea, finalement, au bout de quelques secondes, voyant à quel point elle était agressive...juste pour une petite question tout de même...

-une connaissance, dit-elle, évasive, en mettant son poignard à sa place...mais elle garda tout de même sa main sur l'arme, au cas où..on ne savait jamais...

Une idée germa dans l'esprit de la jeune fille...et si elle pouvait éponger sa dette comme ça...ouais, c'était une idée...mais cela serait-il suffisant? oui, sans doute que oui...

-Si je te dis qui était Shiro, tu ne me demanderas rien, n'est-ce pas, en échange du service que tu m'as rendu?

Elle désigna son bandage, en espérant s'être bien fait comprendre...puis attendit la réponse du jeune homme.

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 3 Mar - 1:05

Pour le moment, la jeune fille restait muette à toute tentative de dialogue au métamorphe, faisant comme si Alan n'existait pas... tout du moins jusqu'à ce qu'il prononce le nom de « Shiro », ce qui pétrifia instantanément la jeune fille et déclenche un comportement méfiant et froid avec lui.

<< Comment connais-tu ce nom, toi? demanda-elle en dégainant de sa main valide le poignard.
- Après que je t'ai fait le bandage, tu as prononcé ce nom deux fois en ayant une tête d'ahurie, comme si tu t'adressais à un ange ou je ne sais quelle créature inexistante... enfin, inexistante hors de cette île. >>

Alan regardait l'arme avec méfiance. Apparemment, « Shiro » était un sujet sensible chez la dame au poignard. Mais l'outil retrouva vite fait sa place au fourreau, mais en gardant la main sur le manche.

<< une connaissance. Elle garda le silence un moment puis repris : Si je te dis qui était Shiro, tu ne me demanderas rien, n'est-ce pas, en échange du service que tu m'as rendu? elle montra le morceau de tissu qui retenait plutot bien le sang, d'ailleurs. Alan était assez fier de son pansement.
- Tu n'aimes pas aider les gens, hein ? Et j'ai dit que j'effaçais ta dette... j'ai pas dû être assez clair... enfin bon, ça me va. Dis moi qui était ce Shiro et on sera quitte, si tu y tiens. >>

Il soupira puis s'approcha de la jeune fille. Au moins, ça fera un sujet de conversation pendant le temps où leur chemin sera le même. Il restera peut être avec elle le temps que le sujet soit totalement épuisé, après tout il n'aura probablement plus jamais l'occasion de parler avec la fille...

maintenant qu'il y pensait, pourquoi s'intéressait-il à la vie de cette femme ?... en fait, la question était idiote : Alan adorait les mystères et cette fille débordait d'ombres cachant de troublantes vérités. Il n'y avait aucune raison affectueuse dans son comportement, juste de la pure curiosité. L'affection et l'amour, il le gardait pour Elena.

Le voilà donc oreilles grande ouverte, dirigeant toute l'attention nécessaire pour écouter le récit d'Akai tout en gardant les yeux sur la route.

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 3 Mar - 11:05

-Après que je t'ai fait le bandage, tu as prononcé ce nom deux fois en ayant une tête d'ahurie, comme si tu t'adressais à un ange ou je ne sais quelle créature inexistante... enfin, inexistante hors de cette île.

Voilà ce qu'avait annoncé Alan...et qui expliquait d'où il connaissait ce nom. Shiro...oui, elle l'avait vu, l'avait confondu l'instant d'un moment avec Alan...tout ça parce que son passé avait resurgi, du fin fond de sa mémoire...Alimenté par la fatigue, dû à la perte de sang qu'elle avait alors, cela l'avait fait déliré...et tout ça devant Alan...et un air ahuri, en plus de ça...qu'est-ce qui lui avait pris? elle ne souvenait plus vraiment de tout, avant qu'elle ne reprenne pleine conscience de la réalité...tout s'était déroulé comme dans un rêve...ou plutôt un cauchemar...

-Tu n'aimes pas aider les gens, hein ? Lui répondit le métamorphe, alors qu'elle lui avait proposé d'éponger sa dette en lui répondant sincèrement à sa question.

-Je n'aide que les gens en qui j'ai une réelle confiance, répliqua Akai, en regardant son interlocuteur avec son habituel regard froid.

-Et j'ai dit que j'effaçais ta dette...continua celui-ci. j'ai pas dû être assez clair... enfin bon, ça me va. Dis moi qui était ce Shiro et on sera quitte, si tu y tiens.

-Peut-être que pour toi, je ne te dois aucune dette, mais vis à vis de...disons que c'est une chose très importante pour moi...c'est mon honneur qui est en jeu...

Akai était vraiment évasive, n'osant pas en dévoiler trop sur sa famille...pourtant elle se lança quand même...mais le métamorphe devait garder ça pour lui...

-Bon, je vais te révéler une partie de mon passé, mais j'espère que tu n'en souffleras mot à personne...dans le cas contraire...

Akai releva sa cape, dévoilant ainsi son poignard, toujours le même bien évidemment, l'autre restant caché pour le moment...

-Tu peux en informer Paya, bien sûr...mais fais en sorte qu'il n'en parle à personne...

Sa voix était froide, menaçante, pour bien lui faire comprendre la situation.

Après un soupir, Akai finit par se lancer, d'une voix un peu moins froide, qui ne démontrait aucune émotion:

-Alors voilà, pour commencer, je suis née et ai grandi au sein d'une famille de...de tueurs à gage, raison pour laquelle je considère ma dette comme non épongée.

La jeune femme regarda le jeune homme, droit dans les yeux, afin de surprendre sa réaction. Pouvait-elle continuer son récit? Bon, cette information lancée...c'était le plus gros, quoi que...après, il y avait deux ou trois petites choses dont Akai ne pouvaient pas parler, sans provoquer de réaction, chez son entourage...de toute façon, elle n'avait parlé de toute cela à personne...Alan était le premier...mais il était un hôo, non? Un membre de son clan et il lui avait rendu un service...mais surtout Akai lui devait bien ça...alors voilà, elle lui racontait...bon, Ari savait tout cela...la petite créature savait tout d'elle, mais malgré ses bavardages incessants, Ari ne dirait rien...elle aimait trop Akai pour lui faire un coup dans le dos, comme la jeune fille adorait son poïy...mais bon, est-ce que Alan ferait de même? La tueuse l'espérait...quoi qu'il en soit, elle attendit une réponse ou un signe du jeune homme pour continuer...s'il voulait entendre la suite bien sûr...après tout ne voulait-il pas savoir qui était Shiro? Pour le savoir, il fallait bien commencer par le commencement, c'est à dire, expliquer d'où elle venait...finalement, beaucoup d'évènements de son passé allaient être révélés...

[hors rp: je n'ai pas vraiment envie de faire un gros pavé, là...surtout que te raconter ma vie d'un bloc, c'est un peu trop je pense...^^" et il faut bien que tu parles un peu...j'espère que ça ne te dérange pas...et ce n'est pas grave, si tu n'écris pas beaucoup...^^]

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 3 Mar - 12:52

<< Je n'aide que les gens en qui j'ai une réelle confiance
- Oui donc si je me fais agresser au coin de la rue et que tu ne me fais pas confiance, tu me laisses crever en gros... enfin, c'est ton problème.
- Peut-être que pour toi, je ne te dois aucune dette, mais vis à vis de...disons que c'est une chose très importante pour moi...c'est mon honneur qui est en jeu...
- Je vois. C'est pour avoir la conscience tranquille on va dire. >>

C'était assez évasif comme réponse. Il devait y avoir une sacrée histoire derrière cette histoire d'honneur.

<< Bon, je vais te révéler une partie de mon passé, mais j'espère que tu n'en souffleras mot à personne...dans le cas contraire... Elle releva sa cape jusqu'à montrer le poignard. Alan se dit qu'elle n'oserait pas faire ça, mais malgré tout il tiendra sa langue. Tu peux en informer Paya, bien sûr...mais fais en sorte qu'il n'en parle à personne...
- Il a déjà du mal à dire bonjour à un inconnu sans que je lui mette un coup de pied au cul... enfin, je garderai quand même un oeil sur lui au cas où. >>

Elle soupira puis commença enfin son récit.

<< Alors voilà, pour commencer, je suis née et ai grandi au sein d'une famille de...de tueurs à gage, raison pour laquelle je considère ma dette comme non épongée.
- Tueurs à gages ? >>

Ces simples mots étaient déjà lourds de révélation et la menace du poignard pris brusquement un sérieux incroyable. Il laissa passer le choc un instant puis reprit son calme. Il n'avait rien à se reprocher après tout et il savait se défendre un minimum. Si cette fille tentait un jour de l'agresser, il avait une chance de s'en tirer.

Il attendit un instant puis lança :


<< J'ai dit que je ne divulguerai rien à qui que ce soit, tu peux poursuivre ton récit. >>

De toutes façons, qui irait croire qu'elle était une tueuse à gage ?... et au fait, est-elle seulement tueuse à gages ? Etre le fils d'un criminel ne fait pas de nous un criminel pour autant après tout... Bon certes, elle avait un poignard mais rien ne dit qu'il a déja fait couler du sang avant ce bête accident d'il y a cinq minutes.

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 3 Mar - 14:23

-Tueurs à gages ? Fit Alan, tandis que ses yeux exprimèrent l'instant d'un moment, comme une lueur de peur ou peut-être avait-il eu soudainement la révélation qu'elle était beaucoup plus dangereuse qu'elle n'en avait l'air.
Mais le choc des mots qu'avaient prononcés Akai disparut, comme il était venu et fit remplacer par un calme incroyable, qui, il fallait l'avouer, impressionna un peu la jeune fille. Pour un simple humain, bien que métamorphe, il avait un contrôle assez développé de ses sentiments et de sa peur. Quoi que...il n'avait pas vraiment l'air d'avoir peur...était-ce vraiment le cas? Akai se dit que non puisque Alan lança, après un instant de silence:

-J'ai dit que je ne divulguerai rien à qui que ce soit, tu peux poursuivre ton récit.

Akai acquiesça, en se demandant bien à quoi pouvait penser le jeune homme.

-Bien, donc, comme je l'ai dis, j'ai grandi au sein d'une famille de tueurs à gage. Mais quand je dis "famille" cela ne signifie pas nécessairement la famille au sens stricte. Il s'agit plus d'une...communauté.

C'était ce qui qualifiait le plus sa famille...Akai espérait que Alan comprendrait...

-Quoi qu'il en soit, comme tous les enfants, j'ai appris tôt le...métier.

Akai laissa un petit silence, avant de reprendre:

-Shiro était un garçon de notre famille. Il avait quelques années de plus de moi. D'ailleurs, il faisait partie des rares enfants qui se trouvaient là.

Akai se stoppa quelques instants, l'image de Shiro devant les yeux, et notamment son sourire...un sourire unique...

-Quoi qu'il en soit, je m'entendais mieux avec Shiro que n'importe qui d'autres. Et cela dès ma plus tendre enfance. On était toujours fourré ensemble.

Nouveau silence. Souvenirs. un petit sourire nostalgique apparut sur le visage de la jeune fille.

-Nos parents partaient souvent pour leur travail et du coup, nous, les enfants restions à la maison, avec quelques personnes de la famille, qui étaient là pour nous...entraîner.

Nouveau regard pour Alan...Akai ne voulait pas le submerger d'informations...et elle voulait quand même qu'il suive et comprenne tout ce qu'elle disait...elle ne racontait pas son passé pour rien, tout de même...




________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 4 Mar - 8:55

<< Bien, donc, comme je l'ai dis, j'ai grandi au sein d'une famille de tueurs à gage. Mais quand je dis "famille" cela ne signifie pas nécessairement la famille au sens stricte. Il s'agit plus d'une...communauté.
- Ca reste une famille à tes yeux, c'est elle qui t'a élevé, c'est ça ?
- Quoi qu'il en soit, comme tous les enfants, j'ai appris tôt le...métier. >>

Bon, il fallait s'en douter, d'un côté. Un tueur à gage apprend les ficelles du métier à sa descendance pour que l'art du travail continue chez eux.

<< Shiro était un garçon de notre famille. Il avait quelques années de plus de moi. D'ailleurs, il faisait partie des rares enfants qui se trouvaient là. >>

Alan écouta le plus attentivement possible : voilà la réponse à sa question : qui est Shiro.

<< Quoi qu'il en soit, je m'entendais mieux avec Shiro que n'importe qui d'autres. Et cela dès ma plus tendre enfance. On était toujours fourré ensemble. Elle s'arrêta le temps d'un sourire puis reprit : Nos parents partaient souvent pour leur travail et du coup, nous, les enfants restions à la maison, avec quelques personnes de la famille, qui étaient là pour nous...entraîner. >>

Alan acquiesça.

<< Shiro était une sorte de frère pour toi, donc. Je me demande comment tu as pu me confondre avec lui dans ton délire, je dois être bien différent de lui pourtant... >>

Il garda le silence un moment puis reprit.

<< Bon, eh bien j'ai la réponse à mes questions. Il y a autre chose que tu aimerais rajouter ? >>

________________________


Thème perso : the other promise
Nom : Paya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 4 Mar - 15:11



Alan acquiesça, avant de prendre la parole:

-Shiro était une sorte de frère pour toi, donc.

-Oh que oui, répond Alai avec un petit sourire nostalgique, à la pensée de son cher Shiro.

-Je me demande comment tu as pu me confondre avec lui dans ton délire...

Akai aussi se le demandait...confondre Shiro avec Alan..hum...oui, c'était la fatigue et le sang qu'elle avait perdu...un délire oui...comment avait-elle pu...?

-je dois être bien différent de lui pourtant...

Différent? Hum...oui, ils l'étaient...mais pourtant, elle avait vu son Shiro, l'instant de quelques minutes, un fantôme surgissant des profondeurs de son passé...il devait bien y avoir une raison...peut-être les cheveux bruns, aile de corbeaux, parce que Shiro également possédaient les mêmes, mais bon, celui-ci avec toujours l'allure d'un prince, une classe incroyable et un charme fou, alors que le jeune homme qui se trouvait devant lui...bon, Akai devait l'avouer, il avait un certain charme avec ses beaux yeux émeraude, puis il n'avait pas un mauvais physique non plus, mais bon, sa classe était inférieure de celle de Shiro....de toute façon, personne ne pouvait arriver à la hauteur du tueur à gage...donc oui, Alan se distinguait de lui, enfin d'une certaine façon...

-Bon, eh bien j'ai la réponse à mes questions. Il y a autre chose que tu aimerais rajouter ?

Akai reporta son attention sur lui, avec un petit regard étonné...il allait simplement se contenter de cela...ouais, c'est vrai, Akai ne devait faire que lui dire qui était Shiro, mais pourtant elle s'était crue obligée de lui en raconter pas mal sur son passé...

-Shiro était comme un frère oui, l'un de nos meilleurs éléments. C'est lui qui m'a aidée à devenir plus forte...la plupart des choses que je sais aujourd'hui, je le lui dois...

Silence.


-C'est vrai, je t'ai confondu avec lui, mais comme tu l'as dit, Alan, je délirais. Bien que tu sois également brun, tu ne lui ressembles pas...d'ailleurs, pour te l'avouer, j'étais partie dans mes pensées et je pense que, rajoutée à ma blessure, l'un des fantômes de mon passé a resurgi du fin fond de ma mémoire.

Akai s'arrêta quelques instants, avant de reprendre:

-D'ailleurs, il serait impossible que Shiro se trouve sur cet île...Après un...

Akai hésita sur les termes à employer...devait-elle encore en dévoiler un peu sur son passé...? De toute façon, Alan avait promis...et un homme, quelqu'il soit, s'il possèdait un minimum de dignité et d'honneur, respectait ses promesses...et Akai espérait fortement que le métamorphe en fasse partie.

-Il y a quelques années, reprit-elle, un évènement tragique est arrivé...une de nos opérations a été mise en échec. Nous devions éliminer des politiciens. Malheureusement pour nous, ils eurent vent de notre mission et engagèrent des hommes de mains pour nous capturer, désirant connaître le nom de nos commanditaires. Nous sommes tombés dans un piège grotesque. Nous aurions dû être plus méfiant. Quoi qu'il en soit, notre mission fut un total échec. J'ignore ce qu'il est advenu des autres.

Après un nouveau silence, Akai continua. Elle avait décidé d'aller jusqu'au bout, ne ne plus s'arrêter...ce qu'elle racontait était sans nul doute le pire moment de sa vie, ce qui avait changé celle-ci à jamais, l'avait bouleversée...alors, elle ne pouvait plus s'arrêter, elle en avait déjà trop dit..

-Pour ma part, j'étais en compagnie de mes parents et nous avions décidé d'effectuer notre mission, cachés dans un immeuble, qui avait vu sur la scène du futur crime. Mais bon, lorsque les hommes de main sont arrivés, nous n'avions aucun endroit où nous cacher...nous n'avons pas eu d'autre choix que de baisser les armes et de les suivre...Mais...

Ce fut la voix tremblante que Akai continua:

-Mais, à peine sorti du bâtiment, mes parents décidèrent d'agir. Grâce à l'entraînement dont ils avaient pu bénéficier, tout au long de leur existence, ils profitèrent d'un moment d'inattention de nos kidnappeurs pour leur voler quelques flingues. Ensuite, tout se déroula si vite, que j'eus à peine le temps de comprendre ce qui se passait. Mes parents réussirent à tuer un homme , avant que ses camarades ne sortent leurs armes restantes et n'ouvrent le feu. Du haut de mes 13 ans, je suis restée impuissante, ne sachant que faire. J'étais si impuissante, si inutile, que mon père me poussa, alors, pour se prendre une balle qui m'étais destinée...je l'ai vu se vider de son sang devant moi. Ce fut ma mère ensuite qui m'extirpa de la stupeur et l'effroi qui me parcourait alors, en m'ordonnant de fuir. J'ai obéi, lâchement, à contrecœur, les laissant là...le reste, ensuite, est flou. J'ai couru pendant longtemps, droit devant moi, sans me retourner...puis, finalement, essoufflée, j'ai fini par m'arrêter dans une rue, noire de monde, considérant que là, il n'y avait plus de danger. D'ailleurs, le coups de feu avaient cessé depuis un moment. C'est alors, que là, j'ai ressenti la douleur effroyable qui parcourut mon corps, puis la balle qui avait réussi à me toucher.
Ensuite, plus rien.

Nouveau silence. Akai essuit les quelques larmes sur ses joues, se mords les lèvres, avant de finir son histoire:

-Je me suis réveillée dans un hôpital, simulant une amnésie partielle, aux policiers et médecins qui se trouvaient là. La seule chose que j'ai pu leur dire, c'était que mes parents avaient été tués. Je ne pouvais pas leur dévoiler le reste, leur dire qu'il s'agissait de tueurs, et que moi même j'en étais une. Ils m'ont crue. Puis, n'ayant plus de parents, je fus envoyée dans une famille d'accueil avant de me retrouver adoptée par la famille Icano, un couple qui ne pouvait avoir d'enfant.

Akai regarda Alan, se demandant vraiment pourquoi elle lui racontait tout cela...peut-être parce que, puisqu'elle avait commencé à lui parler d'elle, le mieux à faire était d'aller jusqu'au bout:

-Je n'ai jamais pu savoir ce qu'il était advenu de ma famille et j'ignore si l'un de ses membres est encore de ce monde, mise à part moi, bien sûr. Je l'espère...et j'espère, un jour, pouvoir les revoir et Shiro avec.

Silence, avant de poursuivre.

-J'ignore vraiment pourquoi je te raconte tout cela, Alan. Mais, bon, à présent, tu comprendras pourquoi j'étais si...

froide, distante...que devait-elle dire?

-...méfiante avec toi...je me devais de vérifier si tu n'étais pas un ennemi potentiel...depuis cette opération ratée, je me méfie encore plus des individus...sans mes parents ou sans Shiro pour me guider, je me sens démunis face au danger. Seuls mes poignards m'assurent une certaines sécurité et tranquillité. D'ailleurs, dans le monde où nous vivons aujourd'hui, on ne peut vraiment avoir confiance qu'en soi même. Rare sont les personnes digne de confiance. Mais j'espère tout de même pouvoir t'accorder la mienne, du moins pour tout ce que je viens de te raconter. Personne ne doit avoir vent de tout cela...je sais que tu t'en fichais complètement de tout savoir sur ma vie, que seul savoir qui était Shiro t'importait, mais bon, maintenant, tu sais tout sur mon passé, enfin, à peu près tout. J'ignore vraiment pourquoi je t'ai parlé de tout cela mais c'est vraiment usant...

Akai esquissa un petit sourire tout en ajoutant, un peu plus fort:

-Je ne sais vraiment pas comment Ari fait pour parler tout le temps, c'est épuisant.

-Mais euh...fit une voix étouffée, qui se voulait discrète mais qui ne l'était pas du tout.

Akai se tourna vers un buisson. Bien évidemment, Ari et sa curiosité maladive n'avait pas pu s'empêcher d'écouter la conversation qu'elle avait eu avec Alan. Et bien sûr, elle avait embarqué Paya avec elle...le petit poïy blanc devait certainement se trouver avec Ari...trouillard comme l'avait remarqué Akai, il devait ne pas avoir voulu se retrouver tout seul, alors Ari en avait profité, lâchement, pour l'embarquer avec elle dans son histoire d'histoire d'espionnage de leurs maîtres..et puis Paya devait être du genre à vouloir rester près du sien...alors cachés derrière un buisson tout près d'eux c'était l'idéal...

-Sortez de là, les espions! Ordonna Akai, ne se défaisant pas de son petit sourire.


[hors rp: oh, gometta, je me suis laissée trop emportée là...héhéhé...vraiment désolée...mais t'as de quoi faire là...au moins pour le bal je serai ce que je t'ai dit...c'est à dire à peu près tout mon passé...mais bon, désolée...ouah, tout ce que j'ai mis...et bien sûr, il faut faire réapparaître nos chers poïys, mouhahaha..au moins Ari en tout cas...tu fais comme tu veux avec Paya...je n'ai pas fait intervenir Paya exprès...et je n'ai pas fait dire à Ari le nom de ton poïy...donc il est là si tu le souhaites...héhéhé]

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Oh le beau Toutou!
» Peindre un beau Visage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yume :: Autres :: Ville :: Cimetière-
Sauter vers: