AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Event : la rentrée des classes

Aller en bas 
AuteurMessage
Albus Kusanagi
Directeurs et maitres du jeu
avatar

Nombre de messages : 742
Age : 26
Localisation : Dans mon bureau
Statut dans l'établissement : Directeur
Points d'expérience : 332
Date d'inscription : 26/12/2006

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Event : la rentrée des classes   Sam 21 Mai - 18:55

Par la fenêtre, Albus observait la cour extérieure, grouillante d'élèves. Tant d'être originaires de diverses contrées qui, du jour au lendemain, changent de nature et plongent dans ce monde totalement nouveau pour eux. Certains étaient déjà là depuis l'année dernière, voir celle d'avant. Il les a observé, chacun d'entre eux, faisant de leur mieux pour intégrer leur nouvelle condition de vie dans leur quotidien. La faculté d'adaptation humaine était fascinante.

Albus sourit puis se retourna. Seul le séparait du personnel du pensionnat son bureau en chêne massif. Professeurs, surveillants, infirmiers, concierges et autres employés étaient là, un peu serrés dans le bureau pourtant assez vaste. Cette pièce était également la chambre du directeur comme l'attestait le mobilier. Dans un coin se trouvait un lit standard, sans gravure pouvant lui donner du cachet. Dessus était plié son pyjama. A côté du lit se trouvait l'armoire bien fermée bien que le contenu ne faisait que peu de doutes : les habits du chef, et peut être une ou deux autres choses. De l'autre côté se situait tout ce qui touchait à l'administration : étagères emplies de feuilles, classeurs et autres données manuscrites s'étalait sur tout le long du mur, excepté un bout qui permettait l'accès à une porte entrouverte. Le peu qu'on pouvait voir était du carrelage sur le sol et un mur blanc. La salle de bain privée du directeur sans doute. Il y avait une autre porte en face, près de l'armoire, mais celle-ci était fermée. Sans doute le salon mais on n'en savait rien.


<< Eh bien, nous y voilà. Dans une petite heure, nous rejoindrons nos chères élèves dans la grande salle pour lancer officiellement la rentrée scolaire. >>

Le regard bleu nuit du directeur se promena sur ses chers employés. Tous étaient également issus de l'extérieur et vivaient dans les mêmes conditions que les élèves : s'adapter. Eux même avaient cette étrange faculté malgré leur physique changeant.

<< Comme vous devez vous en douter, bien que j'ai pris le relais de vos anciens employeurs, rien ne changera. Votre rôle sera toujours le même. Nous devons faire avec nos contraintes, supporter notre changement de mode de vie et continuer à vivre. Ces marques qui ont été apposées à votre peau ne doivent pas entraver vos activités. Je cherche à les effacer, vous vous en doutez, mais cette magie dépasse l'entendement humain. >>

Il avait la mine sérieuse. Ces tatouages étaient une gêne à la vie humaine, les forçant à se battre contre ceux qui n'arboraient pas leurs couleurs. Serpent contre phénix, mort contre vie, empereur des terres contre maître des cieux. Voilà le quotidien de ces damnés.

<< Mais cessons ces divagations. Je vous ai réuni pour vous poser une question simple : avez-vous quelque chose à me demander ou à me dire ? Si c'est d'un ordre privé, je vous invite à m'attendre à la sortie du bureau. Si vous n'avez rien à me dire, je vous prie de rester afin d'apporter votre aide à ceux qui ont une demande ou une révélation publique à faire. >>

Un test se dissimulait ici : il voulait tester les liens qui unissaient ces employés. Il y avait autant de Hôô que de Heibi parmi le corps enseignant et professionnel. Pouvaient-ils aller outre la muraille des tatouages et s'accorder une confiance mutuelle en temps de guerre ? Les tatouages brulaient quiconque montrait de la sympathie à l'ennemi, or, il s'avérait que confiance et sympathie étaient souvent liés. Souvent, pas toujours...

(voilà pour le personnel, passons aux élèves. Pour cette fois, je profiterais de mon compte Alan pour lancer l'introduction)

Chemise noire, jean, cheveux peignés de frais et un ou deux coups de parfums... voilà, il était prêt à attaquer cette journée. Alan s'observa une dernière fois dans la glace et quitta sa salle de bains. Paya l'attendait, perché sur la poignée du sac du loup.

<< Tu en as mis du temps.
- C'est pas parce que toi tu n'as qu'à te lécher le postérieur pour être propre que je ferais pareil. Je sais que je pourrais en tant que loup mais j'ai encore une dignité humaine.
- Je ne suis pas un animal ! Je me lave avec de l'eau moi aussi ! >>

Alan souriait et tapota la tête du petit poiy blanc. Les deux compères s'étaient rapprochés pendant les vacances. Petit à petit, Paya se montrait moins peureux, mais sa peur des inconnus restait toujours aussi violente, tout comme son attitude timide envers ceux avec qui il n'était pas encore très lié. Alan à passé ses vacances au pensionnat. Il ne voulait pas quitter cette île pour rejoindre sa famille avec qui il était vraiment en froid, mais aussi parce que les rumeurs concernant l'effacement de mémoire pour quiconque quittait l'île l'effrayait. Il ne voulait pas oublier tous ces moments passés sur l'île, il ne voulait pas sacrifier sa vie de loup pour retrouver sa banlieue... il ne voulait pas que son amour pour Elena disparaisse à jamais.

<< Allons-y ! >>

Paya s'envola pour laisser à Alan le loisir d'attraper son sac et ils quittèrent la chambre puis le bâtiment des dortoirs pour atteindre la cour. Elle était déjà emplie d'élèves, anciens comme nouveaux arrivants. Des petits groupes par-ci par-là se formaient et se scindaient. Eclats de rires, ragots, cris, bousculades... c'était la magie de la communication.

Alan posa son sac et s'installa sur un banc, promenant son regard sur la vaste cour. Elle était simple : une grande étendue d'herbe, un chemin pavé se séparant en une grande toile pour se perdre à travers les bâtiments et quelques ornements végétaux en coopération avec des statues à figure humaine pour égayer le coin. Le loup observaient les élèves. Il reconnaissait certains d'entre eux de vues, mais la plupart lui étaient totalement inconnu, soit parce qu'il n'a pas reconnu leur visage, soit parce que c'étaient tout simplement des nouveaux.

Comme à l'accoutumée, Paya laissait sa timidité prendre le dessus et il se glissa dans la poche d'Alan qui ne fit même pas un effort pour le faire sortir. Il s'en était lassé de ce petit jeu, mais si quelqu'un venait à lui adresser la parole, il n'hésitera pas à faire sortir la boule blanche de sa poche...

voilà ! Alors les employés, vous êtes dans le bureau du directeur. Mais vous pouvez faire comme Alan et relater votre activité post rendez-vous. Les élèves, vous êtes soit dehors, soit dans votre chambre mais ni en ville (ou alors dans la rue car vous êtes en retard), ni dans une autre salle du pensionnat. Si on vous adresse la parole, vous pourrez poursuivre le rp après. Il n'y a pas d'ordre particulier ni de limite de post (si ce n'est au moins un). Dans deux semaines se passera la suite : la réunion dans la grande salle.

Allez, c'est parti !

________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://michiyo-art.jimbo.com/
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: Event : la rentrée des classes   Lun 6 Juin - 15:06

-Akai! Dépêche-toi! On va être en retard!

-Hum...

Akai jeta un bref coup d'oeil à la petite poïy rouge, qui sautait sur place, impatience et ne pouvant se tenir comme toujours...en même temps, fallait dire qu'elle avait attendu cette journée durant toutes les vacances, pressée de revoir toutes les personnes qu'elles avaient quittées quelques temps auparavant et surtout pressée de voir arriver de nouvelles têtes à embêter...tss, aujourd'hui c'était la rentrée des classes...chose qui ravissait énormément la petite créature rouge, contrairement à sa maîtresse qui elle, n'était vraiment mais vraiment pas ravie de revoir du monde...il fallait dire que ces quelques mois tranquilles avaient été assez reposants...surtout ne pas devoir supporter la présence des gens...c'était vraiment bien. Akai avait décidé de rester au pensionnat pendant les vacances. Premièrement parce que ses parents adoptifs n'auraient pas accepté sa présence, d'ailleurs, elle n'avait pas envie de les revoir...et ensuite, parce que dans ce pensionnat, elle se sentait bien...enfin, c'était son chez elle du maintenant même si elle n'aimait pas la présence de tant de personne surtout quand ces personnes s'entêtaient à venir lui parler malgré le regard glacial de la jeune fille. Et puis surtout, surtout, il y avait cette petite têtue de Ari...son poïy adoré, la seule qui savait tout d'elle. Si elle sortait du pensionnat...Ari ne pourrait la suivre. Elle était sans doute condamnée à rester ici...et Akai ne pouvait supporter cette idée, même si un jour elle savait qu'il lui faudrait partir...elle avait des gens à retrouver et d 'autres à tuer...une vengeance à accomplir...en restant ici, elle ne pourrait rien faire de tout cela...mais bon, il y avait Ari et elle ne pouvait pas l'abandonner comme ça...il lui fallait absolument trouver une solution pour que la poïy puisse rester avec elle...c'est ce qu'elle allait tâcher de trouver cette année. Surtout qu'il y avait un nouveau directeur...enfin d'après ce qu'elle avait cru comprendre...d'après quelques rumeurs qui circulaient...mais bon, les rumeurs...il ne fallait jamais s'y fier tant qu'elles n'étaient pas vérifiées et Akai attendait donc de voir de ses propres yeux ce fameux nouveau directeur..mais si tel était bien le cas, s'il y avait un nouveau directeur, peut-être qu'il allait pouvoir l'aider et trouver une solution pour que les poïys et les pouvoirs des élèves existent en dehors de l'île...

-Akai! tu rêves?

-Hum...

Akai regarda une nouvelle fois la petite poïy qui sautillait d'impatience.

-Allez dépêche-toi! On va être en retard! tu ne voudrais pas que les gens te remarques par ton retard quand même?!

En effet...Ari marquait un point là...des gens qui la dévisageaient...rahh...qu'est-ce qu'elle ne pouvait aimer ça...leurs regards et leurs sourires hypocrites...des sourires qu'elle avait bien envie de leur faire ravaler d'ailleurs mais bon, il y avait quand même des règles dans ce pensionnat...et elle devait les respecter...enfin essayer...

-Euh...Akai! Fais attention! tu vas te blesser...

Trop tard...enfin un peu...du sang coulait le long de la main gauche de la jeune fille...génial...elle venait de s'entailler la main avec ses poignards...par chance Ari était intervenue avant que les armes ne s'enfoncent pleinement dans sa chair...ça lui arrivait souvent quand elle se retrouvait perdu dans ses pensées...bon, ça va ce n'était pas trop grave...

La tueuse rangea ses armes dans leurs fourreaux respectifs, cachés sous sa cape rouge et se leva, avant d'aller ouvrir son armoire et d'y prendre un bout de tissu qui y traînait et de se bander sa blessure.

-Bon, allons-y! Déclara-t-elle, en mettant la capuche de sa cape.

-Youhou! de nouvelles aventures nous attendent! S'exclama Ari en se précipitant vers la porte de la chambre.

Akai soupira, attrapa son sac, puis suivit Ari, non sans sentir la tension qui commençait à monter en elle à la perspective des tas de personne qu'elle allait devoir supporter.

***

Akai grimaça en apercevant la population présente dans la cour...et regrettait amèrement les vacances pendant lesquels cet endroit comme tout le reste du pensionnat était désert...
La jeune fille jeta un coup d'oeil à Ari qui affichait un grand sourire, sans doute contente de pouvoir embêter et rencontrer de nouvelles personnes...tsss....
Akai balaya d'un regard la cour et reconnu un certain nombre d'élèves, mais beaucoup lui étaient inconnus...cela voulait donc dire qu'elle allait devoir être doublement plus méfiante cette année...
Comme prévu, la tension était à son comble et dès qu'une personne approchait ou frôlait la demoiselle, celle-ci resserrait son étreinte sur les poignards, les mains cachées sous la cape...et bien évidemment elle lançait son habituel regard noir à l'auteur de sa tension...

-Oh! regarde Akai!

La jeune fille suivit du regard l'endroit désigné par son poïy et aperçut au loin, assis sur un banc, une silhouette qu'elle aurait reconnu entre toutes. Il s'agissait d'Alan. Le jeune homme n'avait pas changé. En même temps, elle avait pu l'apercevoir durant ces derniers mois. Il fallait croire que lui aussi avait préféré rester ici. Peut-être que comme Akai avec Ari, il ne voulait pas quitter son poïy, Paya. D'ailleurs où était-il celui là? Hum...sûrement caché dans les manches de son maître...il fallait dire qu'il était vraiment timide ce poïy et pas très bavard...contrairement à Ari...

-Oh, j'ai une brillante idée! S'exclama Ari et Akai la regarda avec un regard inquisiteur..une idée? mais qu'est-ce qu'elle avait encore trouvé comme bêtise à faire dans sa tête de poïy?

-On va aller leur faire peur! Déclara-t-elle, avec un sourire.

Puis avant même que Akai puisse répondre, la créature se précipita vers le banc, qui par chance ou par malheur, Akai ne savait pas, leur tournait le dos.

Avec un soupir, la jeune fille alla rejoindre Alan, tout en surveillant Ari. La poïy arrivait à hauteur du métamorphe, un sourire débile sur les lèvres. Puis sans crier gare elle s'exclama:

-Alan!

Akai se serait volontiers frapper le front contre un arbre...c'est ça que Ari appelait faire peur...vraiment...Ari quoi...il n'y avait absolument pas de mot pour la décrire...

Akai arriva à hauteur de Alan et lui fit un petit signe de la tête avant de s'asseoir à côté de lui:

-Où est Paya? Demanda Ari en se précipitant sur les genoux de sa maîtresse. Il se cache?

Elle regardait les manches du métamorphe avec avidité, devinant, comme sa maîtresse que le petit poïy blanc devait s'y cacher.

-Paya, sors de là!

Akai soupira avant de jeter un bref coup d'oeil au jeune homme:

-et voilà...nous allons devoir encore nous supporter une année...

c'était tout Akai ça...cacher le fait qu'elle était contente de revoir le jeune homme...



________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Event : la rentrée des classes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yume :: Le pensionnat :: RP events-
Sauter vers: