AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Ven 4 Mar - 22:58

<< Oh que oui. >>

A l'entendre, Shiro était bien plus qu'un frère, surtout vu le sourire nostalgique qu'elle avait...

Puis il s'en suivit un long monologue complétant la présentation de hiro.


<< Shiro était comme un frère oui, l'un de nos meilleurs éléments. C'est lui qui m'a aidée à devenir plus forte...la plupart des choses que je sais aujourd'hui, je le lui dois... C'est vrai, je t'ai confondu avec lui, mais comme tu l'as dit, Alan, je délirais. Bien que tu sois également brun, tu ne lui ressembles pas...d'ailleurs, pour te l'avouer, j'étais partie dans mes pensées et je pense que, rajoutée à ma blessure, l'un des fantômes de mon passé a resurgi du fin fond de ma mémoire. D'ailleurs, il serait impossible que Shiro se trouve sur cet île...Après un... >>

Elle semblait hésiter un instant, comme si parler de ce qu'elle s'apprétait à dévoiler était... non en fait, c'était dur à dévoiler, sans l'ombre d'un doute.

<< Il y a quelques années, reprit-elle, un évènement tragique est arrivé...une de nos opérations a été mise en échec. Nous devions éliminer des politiciens. Malheureusement pour nous, ils eurent vent de notre mission et engagèrent des hommes de mains pour nous capturer, désirant connaître le nom de nos commanditaires. Nous sommes tombés dans un piège grotesque. Nous aurions dû être plus méfiant. Quoi qu'il en soit, notre mission fut un total échec. J'ignore ce qu'il est advenu des autres. Pour ma part, j'étais en compagnie de mes parents et nous avions décidé d'effectuer notre mission, cachés dans un immeuble, qui avait vu sur la scène du futur crime. Mais bon, lorsque les hommes de main sont arrivés, nous n'avions aucun endroit où nous cacher...nous n'avons pas eu d'autre choix que de baisser les armes et de les suivre...Mais... Mais, à peine sorti du bâtiment, mes parents décidèrent d'agir. Grâce à l'entraînement dont ils avaient pu bénéficier, tout au long de leur existence, ils profitèrent d'un moment d'inattention de nos kidnappeurs pour leur voler quelques flingues. Ensuite, tout se déroula si vite, que j'eus à peine le temps de comprendre ce qui se passait. Mes parents réussirent à tuer un homme , avant que ses camarades ne sortent leurs armes restantes et n'ouvrent le feu. Du haut de mes 13 ans, je suis restée impuissante, ne sachant que faire. J'étais si impuissante, si inutile, que mon père me poussa, alors, pour se prendre une balle qui m'étais destinée...je l'ai vu se vider de son sang devant moi. Ce fut ma mère ensuite qui m'extirpa de la stupeur et l'effroi qui me parcourait alors, en m'ordonnant de fuir. J'ai obéi, lâchement, à contrecœur, les laissant là...le reste, ensuite, est flou. J'ai couru pendant longtemps, droit devant moi, sans me retourner...puis, finalement, essoufflée, j'ai fini par m'arrêter dans une rue, noire de monde, considérant que là, il n'y avait plus de danger. D'ailleurs, le coups de feu avaient cessé depuis un moment. C'est alors, que là, j'ai ressenti la douleur effroyable qui parcourut mon corps, puis la balle qui avait réussi à me toucher.
Ensuite, plus rien.
>>

Il y eut un moment de silence. Akai était vraiment bouleversée. Alan respectait ce silence et écoutait poliment le récit de la jeune tueuse. C'était vraiment une chose atroce qu'elle a vécue.

<< Je me suis réveillée dans un hôpital, simulant une amnésie partielle, aux policiers et médecins qui se trouvaient là. La seule chose que j'ai pu leur dire, c'était que mes parents avaient été tués. Je ne pouvais pas leur dévoiler le reste, leur dire qu'il s'agissait de tueurs, et que moi même j'en étais une. Ils m'ont crue. Puis, n'ayant plus de parents, je fus envoyée dans une famille d'accueil avant de me retrouver adoptée par la famille Icano, un couple qui ne pouvait avoir d'enfant. Je n'ai jamais pu savoir ce qu'il était advenu de ma famille et j'ignore si l'un de ses membres est encore de ce monde, mise à part moi, bien sûr. Je l'espère...et j'espère, un jour, pouvoir les revoir et Shiro avec. >>

Il y eut un nouveau moment de silence avant qu'elle ne lance :

<< J'ignore vraiment pourquoi je te raconte tout cela, Alan. Mais, bon, à présent, tu comprendras pourquoi j'étais si...méfiante avec toi...je me devais de vérifier si tu n'étais pas un ennemi potentiel...depuis cette opération ratée, je me méfie encore plus des individus...sans mes parents ou sans Shiro pour me guider, je me sens démunis face au danger. Seuls mes poignards m'assurent une certaines sécurité et tranquillité. D'ailleurs, dans le monde où nous vivons aujourd'hui, on ne peut vraiment avoir confiance qu'en soi même. Rare sont les personnes digne de confiance. Mais j'espère tout de même pouvoir t'accorder la mienne, du moins pour tout ce que je viens de te raconter. Personne ne doit avoir vent de tout cela...je sais que tu t'en fichais complètement de tout savoir sur ma vie, que seul savoir qui était Shiro t'importait, mais bon, maintenant, tu sais tout sur mon passé, enfin, à peu près tout. J'ignore vraiment pourquoi je t'ai parlé de tout cela mais c'est vraiment usant...Je ne sais vraiment pas comment Ari fait pour parler tout le temps, c'est épuisant.
- Mais euh... >>

Alan se tourna en même temps qu'Akai vers le buisson d'où provenait la voix du Poïy.

<< Sortez de là, les espions! >>

Le sourire n'avait pas quitté la bouche de la tueuse alors que les deux petites créatures apparurent. Paya lévita directement jusqu'à l'épaule du métamorphe.

<< Je ne voulais pas ! Je le jure ! Mais Ari revenait vers vous et je n'avais pas d'autre choix que de...
- C'est bon, t'en fais pas... vous êtes là depuis quand ?
- Depuis que tu lui a demandé qui est Shiro... >>

Donc, il savait pour le secret d'Akai. Presque aussitôt, le Poïy se tourna vers la concernée.

<< Je ne dirais rien ! Je le jure !
- J'espère bien... >>

Alan savait que Paya avait un instinct de survie hyper développé dû à sa grande couardise, mais il y avait des fois où la peur prenait le dessus au point qu'il ne se focalisait que sur une menace à la fois...

________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 6 Mar - 0:11

Ari sortit du buisson, accompagné de Paya, qui lévita aussitôt jusqu'à l'épaule de son maître:

-Je ne voulais pas ! S'exclama-t-il. Je le jure ! Mais Ari revenait vers vous et je n'avais pas d'autre choix que de...

-Comment il m'accuse! Clama la poïy rouge, tandis que sa maîtresse lui lança un regard noir. Oui, elle aurait vraiment dû s'en douter que mademoiselle la commère des poïys, avec sa curiosité maladive, viendrait traîner dans le coin...et dire qu'elle avait entraîner Paya, à faire de même...

- C'est bon, t'en fais pas, déclara Alan avant de lui demander:

-vous êtes là depuis quand ?

Akai approuvait cette question...d'ailleurs c'était exactement celle qu'elle comptait poser à Ari...

- Depuis que tu lui a demandé qui est Shiro...

Hum...quand même...du coup, il savait tout..bah au moins, Alan n'avait plus besoin de lui faire un résumé de tout ce qu'elle venait de lui révéler...La jeune tueuse regardait le petit poïy blanc, peut-être trop intensément car celui-ci se retourna vers elle pour lui dire:

-Je ne dirais rien ! Je le jure !

- J'espère bien, fit Alan.

-Je l'espère aussi, renchérit Akai, mais bon si tu tiens à la vie, tu devrais savoir tenir ta langue.

Et voilà, toute animosité avait disparut une nouvelle fois de sa voix.

-Mais...commença Ari, mais sa maîtresse ne lui en laissa pas le temps, lui lançant un puissant regard noir:

-Quant à toi, Ari, la prochaine fois que tu voudras faire les espionnes, sois plus discrète et surtout n'embarque pas d'autre poïys dans tes affaires, surtout quand c'est contre leur gré.

-Contre son gré? Répondit la petite créature, étonnée. Mais je n'y suis pour rien moi, si Paya a décidé de me suivre! Je lui ai proposé d'y aller seule, mais bon, il a insisté pour me suivre! Alors, je n'ai pas refusé! Comme si j'allais le laissé tout seul, c'est mal me connaître!

Akai soupira...C'était tout Ari, ça...embellir les choses à sa façon...elle savait très bien que le petit Paya, peureux comme il l'était, ne resterait pas seul. En gros, Ari pouvait faire du poïy blanc, à peu près ce qu'elle voulait, surtout quand il s'agissait de l'embarquer dans des affaires d'espionnage...Et la jeune tueuse devait vraiment l'avouer, Ari avait l'art et la manière de se mettre tout le monde à dos.
Comme si Paya allait laisser passer une telle accusation...et Ari le comprenait...franchement, qu'est-ce qu'elle faisait avec une poïy comme la sienne, si différente d'elle...des fois, elle se le demandait vraiment, enfin, c'était plutôt souvent, voire tout le temps.

-Bon, déclara Akai, en regardant Alan, je pense qu'il est temps de nous quitter. Et j'espère sincèrement que notre prochaine rencontre ne sera pas dû à une langue trop bien pendue. Je parle bien évidemment des vôtres, pas celle de Ari. Je ne voudrais...

-Oh, Akai, c'est quoi ce bandage? La coupa Ari, ce qui lui valut un nouveau regard noir.

C'est vrai que n'étant pas là avant qu'elle ne raconte son passé, la poïy n'avait pas assisté à la scène où elle s'entaillait la main...sinon, elle serait certainement intervenue plus tôt...

-Je me suis coupée, ça ne se voit pas? répliqua la jeune tueuse.

-Coupée?! Mais comment?

Akai jeta un coup d'oeil vers Alan, seul témoin de cet épisode désastreux, et Ari prit, bizarrement, cela comme une réponse:

-Alan! S'exclama-t-elle. C'est toi qui lui a fait ça?

-Mais non, Ari...

-Non, mais! Tu ne pourrais pas faire attention à Akai?!

-Ari...

-Non, mais c'est vrai! Je pars quelques minutes avec Paya et, lui, il te laisse te blesser! Mais c'est indigne ça! En plus, ton bandage, il te sert plus tellement! Y a du sang qui coule!

-ARI!

Cette fois-ci, la poïy se tut, sans doute devant la voix tranchante de sa maîtresse...non, mais elle allait l'écouter à la fin...et surtout la laisser en placer une...?
Soudain, ce qu'avait dit la créature monta au cerveau de la jeune tueuse...elle avait dit quoi à propos de son bandage? Ah mais oui...
Akai regarda sa main et réalisa que, en effet, le morceau de tissu, qui retenait le sang, n'arrivait plus à retenir celui-ci et que quelques une de ses gouttes commençaient à couler le long de sa main, avant de chuter lourdement sur le sol.

-Oh, non, murmura la tueuse, pas encore.

Elle regarda de nouveau Alan, avec un soupir. Bon, bah, maintenant, elle n'avait plus qu'à lui obéir, c'est à dire aller à l'infirmerie. Pff, elle n'avait pas vraiment envie, mais bon, c'était ça, ou elle se laissait se vider de son sang. Et puis, elle n'avait aucune envie de demander un bout de chemise à Alan pour lui faire un nouveau bandage...et elle ne voulait pas déchirer ses vêtements à elle...le mieux était d'aller à l'infirmerie...elle n'avait pas vraiment le choix...

-Bon, Alan, je crois que je vais devoir te laisser, annonça-t-elle, avant de se retourner vers Ari:

-Allez tu viens!

-Non, mais!! répliqua celle-ci, en regardant Alan. Toi, tu viens avec nous! Tu ne vas pas laisser Akai rentrer seule, quand même! C'est de ta faute si elle s'est blessée, alors tu l'accompagnes!

Akai aurait bien voulu se taper la tête contre un arbre...mais il n'y en avait pas dans les environs...c'était la première fois qu'elle voyait Ari si autoritaire...à croire qu'elle déteignait sur elle...

-Ari, c'est vraiment pas la peine...commença la jeune femme, mais voyant l'air déterminée de la créature, elle se contenta simplement d'un soupir. Et oui, Ari avait le bonnet épais*, un peu comme elle...alors mieux fallait éviter une bagarre verbale devant Alan et Paya...

[*bonnet épais=>expression bretonne pour dire obstinée...désolée je voulais la placer..mouhahaha...même si Akai ignore que c'est breton...c'était juste un clin d'oeil à la suprématie de celle qui rp...héhéhé...okay, je vais au dodo...^^"]

________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 6 Mar - 10:06

Ari s'esclaffait des accusation de Paya, mais malgré tout ne contestait pas, donc elle avouait être la fautive dans l'affaire. Après quoi le Poïy blanc jura de rien dire et Alan déclara qu'il espérait qu'il tiendrait parole.

<< Je l'espère aussi, mais bon si tu tiens à la vie, tu devrais savoir tenir ta langue.
- Mais...
- Quant à toi, Ari, la prochaine fois que tu voudras faire les espionnes, sois plus discrète et surtout n'embarque pas d'autre poïys dans tes affaires, surtout quand c'est contre leur gré.
-Contre son gré? Répondit la petite créature, étonnée. Mais je n'y suis pour rien moi, si Paya a décidé de me suivre! Je lui ai proposé d'y aller seule, mais bon, il a insisté pour me suivre! Alors, je n'ai pas refusé! Comme si j'allais le laissé tout seul, c'est mal me connaître!
- Et bien on n'avait qu'à pas les espionner ! On aurait du les rejoindre sans se cacher, ça nous aurait évité des ennuis ! >>

Alan ne dit rien. A quoi ça servirait de toutes façons ? Tout le monde savait que Paya n'aurait pas supporté d'être seul et donc il était bien obligé de suivre son camarade miniature et donc de participer contre son gré à l'opération d'espionnage.

<< Bon, je pense qu'il est temps de nous quitter. Et j'espère sincèrement que notre prochaine rencontre ne sera pas dû à une langue trop bien pendue. Je parle bien évidemment des vôtres, pas celle de Ari. Je ne voudrais...
- Oh, Akai, c'est quoi ce bandage?
- Je me suis coupée, ça ne se voit pas?
- Coupée?! Mais comment? Presque instinctivement, la Poïy rouge se tourna vers le seul témoin du drame, à savoir Alan. Alan ! C'est toi qui lui a fait ça?
- Mais non, Ari...
- Comment j'aurais...
-Non, mais! Tu ne pourrais pas faire attention à Akai?!
- Ari...
- Non, mais c'est vrai! Je pars quelques minutes avec Paya et, lui, il te laisse te blesser! Mais c'est indigne ça! En plus, ton bandage, il te sert plus tellement! Y a du sang qui coule!
- ARI! >>

Et enfin la Poïy se tut. Alan soupira de soulagement et Néanmoins, sa remarque sur le bandage devenu inutile était exact : le morceau de la chemise d'Alan n'arrêtait plus le sang et déjà les gouttes perlaient pour tomber sur le sol

<< Oh, non, pas encore.

Elle regarda Alan en soupirant d'un air résigné. Elle le savait : elle ne pouvait plus qu'aller à l'infirmerie. S'il le fallait, Alan pouvait déchirer à nouveau sa chemise pour remplacer le bandage, bien sur.

<< Bon, Alan, je crois que je vais devoir te laisser. Puis elle se tourna vers Ari. Allez tu viens!
- Non, mais!! répliqua celle-ci, en regardant Alan. Toi, tu viens avec nous! Tu ne vas pas laisser Akai rentrer seule, quand même! C'est de ta faute si elle s'est blessée, alors tu l'accompagnes!
- Ari, c'est vraiment pas la peine...
- Non, elle a raison... enfin, pas sur le fait que ça soit à cause de moi si tu es blessée mais bon, il vaut mieux que je t'accompagne au moins jusqu'aux portes de l'infirmerie... >>

Paya regardait silencieusement la scène d'un air timide. Il n'avait pas vraiment envie de rester éternellement avec la jeune tueuse, ça se voyait, mais d'un autre côté il ne pouvait pas non plus laisser une blessée seule.

<< Bon, allons-y avant qu'on ne soit obligé de faire le trajet en ambulance ! >>

________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 10 Mar - 14:20

-Non, elle a raison...déclara Alan et Akai lui balança un regard noir...non, mais, il aurait pu refuser, non?

-enfin, pas sur le fait que ça soit à cause de moi si tu es blessée...

-Je sais...commença la jeune tueuse, mais Ari la coupa:

-Mais bien sûr, tous les coupables disent ça!

-mais bon, il vaut mieux que je t'accompagne au moins jusqu'aux portes de l'infirmerie...

Akai soupira, avant de jeter un coup d'oeil à Ari:

-Et bah, voilà qui est raisonnable! S'exclama celle-ci avec un grand sourire.

-Bon, allons-y avant qu'on ne soit obligé de faire le trajet en ambulance.

-Je ne suis pas si faible que ça, répliqua la jeune fille, avec un regard glacial, puis elle tourna les talons, juste avant qu'un petit vertige ne la prenne:

-Hey, Akai, ça va? Lui demanda immédiatement la créature rouge, en la voyant vaciller légèrement.

-Oui, c'est bon, répondit sa maîtresse, sèchement, puis, sans même un regard pour Alan, elle lança:

-Bon, allons-y!

-Allez, Alan, Paya, ramenez vous! Renchérit Ari, en rejoignant Akai, qui commençait déjà à marcher sur le chemin, sous le regard inquiet de sa poïy.


[désolée pour le temps que j'ai mis à répondre...^^"]



________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Jeu 10 Mar - 19:44

A peine eut-il fini de dire qu'il n'était pas fautif de la blessure d'Akai que celle-ci répliqua :

<< Je sais...
- Mais bien sûr, tous les coupables disent ça!

Alan se mordit la langue pour éviter de répliquer « tu étais là quand ça s'est passé ? » et annonça plutôt qu'il les accompagnera jusqu'aux portes de l'infirmerie.

<< Et bah, voilà qui est raisonnable! >>

Puis, lorsqu'Alan annonça qu'il valait mieux y aller à pied avant de devoir prendre l'ambulance...

<< Je ne suis pas si faible que ça. Paroles bien vite démentie par une légère perte d'équilibre, peut être due à un vertige
- Hey, Akai, ça va?
- Oui, c'est bon, Puis elle se tourna vers Alan.Bon, allons-y!
- Allez, Alan, Paya, ramenez vous!
- On arrive, on arrive... >>

Son Poïy toujours sur l'épaule, Alan suivit la tueuse et son compagnon aussi rouge qu'insupportable... comment Akaï pouvait-elle la supporter d'ailleurs ? Bonne question...

Le jeune loup hésitait à parler : d'une part, le silence l'agaçait, d'autre part, la Poïy rouge sautera surement sur l'occasion pour leur casser les oreilles. Cruel dilemme qui se solda finalement par un silence tout le long du trajet car ils arrivèrent au pensionnat.


<< Eh bien nous y voilà... >>

Alan regarda la main d'Akai dont le sang n'avait cessé de couler, comme le témoignait les gouttes de sang derrière eux qui formaient un chemin jusqu'au cimetière, pas si loin que ça, fort heureusement.

<< Tu devrais pouvoir t'en tirer toute seule, pense juste à faire attention à l'avenir et... assure toi que ça se voit pas. >>

Un sermon qui pourrait lui coûter, il le savait. Mais bon, il fallait que quelqu'un dise ça après tout...

<< Tu as besoin de quelque chose tant que je suis la ? >>

________________________



Dernière édition par Alan Otoko le Dim 20 Mar - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Arina
Elève
avatar

Nombre de messages : 322
Points d'expérience : 362
Date d'inscription : 26/08/2010

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): /

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Sam 19 Mar - 23:54

Enfin! Du silence! Akai était heureuse...elle pouvait enfin écouter la douce mélodie du silence...quelle chose merveilleuse...et étrange à la fois...d'autant plus que Ari n'avait absolument pas dit un mot, se contentant seulement de vérifier que sa maîtresse ne tombait pas dans les pommes...d'ailleurs, ses yeux étaient plutôt rivés sur la blessure de la jeune fille, chose qui désespérait Akai au plus haut point, mais tant qu'elle n'entendait pas la créature, ça allait...

Le groupe arriva finalement aux portes du pensionnat, dans un silence parfait:

-Eh bien nous y voilà..., déclara Alan.

-En effet, répondit Akai.

-Tu devrais pouvoir t'en tirer toute seule, pense juste à faire attention à l'avenir et... assure toi que ça se voit pas.

-Je suis assez grande pour savoir ce que j'ai à faire, répliqua la jeune tueuse, avec un regard glacial pour son camarade.

Elle détestait vraiment qu'il lui donne des ordres.

-Tu as besoin de quelque chose tant que je suis la ?

-Du silence, déclara sèchement Akai, avant de se reprendre:

-Enfin, non, c'est bon, je te remercie, je vais aller me reposer dans ma chambre...une sieste me fera le plus grand bien...

-Akai! S'indigna aussitôt Ari. Tu dois aller à l'infirmerie!

-Mais non, c'est bon, tout va très bien.

Finalement, la jeune fille avait décidé de ne pas mettre les pieds à l'infirmerie, décision qu'elle avait pu prendre en silence...

-Akai! Ce n'est pas raisonnable!

Akai ne fit aucunement attention à la petite créature et se dirigea tout droit vers sa chambre:

-Alan! Fais quelque chose! Entendit-elle crier Ari, tandis que la jeune fille continuait d'avancer, se fichant royalement de ce que faisait sa poïy...de toute façon, lorsqu'elle sera loin, Ari se précipitera vers elle...






________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Otoko
Elève
avatar

Nombre de messages : 290
Age : 26
Localisation : Chez moi
Statut dans l'établissement : Elève
Points d'expérience : 481
Date d'inscription : 13/01/2011

Feuille de personnage
Race: Métamorphe
Pouvoir:
Petit(e) ami(e): Une panthère gracieuse (Elena)

MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   Dim 20 Mar - 11:22

<< Je suis assez grande pour savoir ce que j'ai à faire Dit-elle en jetant un regard glacial à Alan et quand il lui demanda si elle avait besoin de quelque chose, elle répondit presque aussitôt : Du silence... Enfin, non, c'est bon, je te remercie, je vais aller me reposer dans ma chambre...une sieste me fera le plus grand bien...
- Akai! Tu dois aller à l'infirmerie!
- Mais non, c'est bon, tout va très bien.
- Akai! Ce n'est pas raisonnable! >>

Mais déjà la tueuse se dirigeait vers sa chambre. Quelle tête de mule !

<< Alan! Fais quelque chose!
- Parce que tu crois qu'elle m'écoutera plus que toi ? Si tu veux mon avis, d'ici peu elle fera une crise d'anémie en perdant trop de sang. Pars avec elle, on va rester dans le coin et si elle est victime de symptômes dans sa chambre, viens nous prévenir aussitôt. On viendra la chercher pour l'emmener à l'infirmerie. C'est cruelle comme leçon, mais ça lui apprendra au moins à nous écouter un peu plus. >>

Alan se dirigea vers un banc dans le coin puis déposa son sac à côté de lui et prit une pomme tandis que Paya s'installait sur ses genoux.

<< Tu ne veux vraiment pas tenter de lui faire comprendre par les mots plutôt que par les actes ?
- Tu as vu comment elle est. Elle pourrait me foutre son couteau dans le bide si j'insiste trop. Mieux vaut que ça soit en l'aidant à cause d'une crise plutôt que l’assommer nous même pour l'y emmener.
- Oui enfin quand même...
- Arrête de te faire du mouron comme ça sans arrêt, tu vas réduire ton espérance de vie de moitié à force. >>

Il arracha un petit morceau de pomme de son fruit et l'enfonça dans la bouche du Poïy blanc qui s'étouffa à moitié mais ne rechigna bizarrement pas à manger un peu.

Peut être se trompait-il, peut être la blessure aura déjà-elle cicatrisé avant qu'elle n'aie vraiment manqué de sang au point d'être pris de vertiges et de perte de concentration. Enfin, il espérait que ça soit le cas. Il se voyait mal expliquer une si belle blessure à la main. Mais d'un autre côté, donner une leçon de confiance à une tueuse à gages était assez amusant bien que dangereux, il le savait.

________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
silence oh mon beau silence...[pv Alan Otoko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Oh le beau Toutou!
» Peindre un beau Visage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yume :: Autres :: Ville :: Cimetière-
Sauter vers: